Le pape a dit ce qu’affirment des millions de musulmans, déclare un archevêque de Birmanie

Que la religion ne justifie pas la violence

| 624 clics

ROME, Dimanche 17 septembre 2006 (ZENIT.org) – Benoît XVI a dit ce qu’affirment des millions de musulmans à travers le monde : la religion ne peut justifier la violence. C’est ce qu’a déclaré l’archevêque catholique de Rangoun, en Birmanie.



Dans un message envoyé à Zenit, Mgr Charles Bo, SDB., affirme : « Je suis triste de constater les malentendus de nos frères musulmans concernant ce que notre Saint-Père Benoît XVI a mentionné. Il est évident que dans un pays aussi tranquille que le Myanmar, nous ne voyons aucune réaction des musulmans ».

La Birmanie compte 48 millions d’habitants, en majorité bouddhistes ; environ 4% sont musulmans.

« Benoît XVI affirmait clairement que la violence n’est pas compatible avec la nature de Dieu. La violence et l’assassinat sont contraires à la nature de Dieu », explique-t-il.

« Il a dit clairement que Dieu est amour et que l’amour assure et fait jaillir la vie. Dieu donne la vie. C’est la raison fondamentale pour laquelle un théologien aussi respecté et hautement apprécié que le pape a transmis un message aussi clair dans sa première encyclique Dieu est amour », poursuit l’archevêque.

« Le pape parlait dans une université, où il avait choisi de répéter que la dimension religieuse est nécessaire pour tous les hommes, et que la foi est fondamentale pour faire l’expérience de la plénitude de la vie » ajoute Mgr Bo.

« La froideur de la rationalité conduit souvent à une vie désacralisée, c’est ce qu’il essayait de dire », explique l’archevêque catholique, convaincu que le pape a ainsi reflété le sentiment et le souhait de millions de musulmans qui d’une manière ou d’une autre affirment que la violence et l’islam ne peuvent pas être liés.

Mgr Bo est convaincu que de nombreux musulmans « veulent être des croyants musulmans dans le monde d’aujourd’hui contre ceux qui utilisent la religion pour frapper les autres avec violence. La religion ne peut être à la base d’un conflit, d’une guerre ou de toute autre forme de violence ».