Le pape à Lorette : un « prélude marial » à l'Année de la foi

Le regard du P. Lombardi

| 1290 clics

Océane Le Gall

ROME, lundi 1er octobre 2012 (ZENIT.org) – En ce début du mois d’octobre, mois de Marie, le Benoît XVI se rendra à Lorette pour confier à la Mère de Dieu les grands rendez-vous de la rentrée 2012 : Année de la Foi, 50ème anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, synode.

Dans son éditorial hebdomadaire pour le Centre de télévision du Vatican (CTV), le P. Federico Lombardi souligne que la semaine qui s’ouvre constituera pour l’Eglise une sorte de « veillée » préparatoire à ces grands événements.

Mais elle sera aussi, dit-il, une sorte de « prélude marial », dans la mesure où Benoît XVI se rendra, jeudi prochain, 4 octobre, en pèlerinage au sanctuaire de Lorette, 50 ans après le célèbre pèlerinage accompli par Jean XXIII, une semaine avant l’ouverture solennelle du Concile Vatican II, pour confier à Marie « l’importance » de cette période (Zenit du 20 septembre 2012). 

Le P. Lombardi rappelle que Benoît XVI, lorsqu’il était cardinal, s’est rendu sept fois au sanctuaire de Lorette, et qu’il s’y est déjà rendu une fois après son élection.

Ce lieu lié à «  la modeste maison de Marie et de la Sainte Famille », au souvenir de  l’Annonciation et du mystère de l’Incarnation,  est, souligne-t-il, « l’endroit idéal pour se préparer spirituellement et symboliquement à vivre un temps fort de renouveau au sein de notre mission visant à annoncer l’Evangile au monde ».

L’Eglise est mariale en tant que peuple de Dieu en marche, ajoute le porte-parole du Saint-Siège, directeur de Radio Vatican et du Centre de télévision au Vatican.

Il rappelle que le Concile Vatican II s’est ouvert en la fête de la Maternité divine de Marie et s’est achevé en la solennité de l’Immaculée Conception ; que le dernier chapitre du document conciliaire sur l’Eglise Lumen Gentium est consacré à Marie « signe d'une espérance certaine et de consolation pour le Peuple de Dieu en pèlerinage sur la terre ».

Le P. Lombardi conclut en appelant les téléspectayteurs à « se mettre en route », comme Jean XXIII et avec Benoît XVI, pour « revivre avec humilité le mystère et la joie de l’Annonciation et de l’Incarnation du Fils de Dieu »,  afin que « la Mère de Jésus nous accompagne et nous encourage pendant le mois du synode et pendant cette Année de grâce. »