Le pape a lui aussi besoin de conseil, affirme Benoît XVI

| 1202 clics


ROME, Mardi 31 mars 2009 (ZENIT.org) - Le pape, comme le prêtre, a besoin de conseil, « d'être aidé pour prendre des décisions ».

C'est ce qu'a affirmé Benoît XVI devant les membres du conseil pastoral de la paroisse romaine de la Sainte Face, qu'il a rencontré à l'issue de la messe célébrée, le 29 mars, dans ce quartier de la Magliana.

Dans un discours improvisé, le pape a évoqué l'existence de ces conseils pastoraux comme « un des dons du Concile Vatican II », où « des laïcs représentants de toute la communauté, avec le curé et les prêtres, affrontent les problèmes de l'Eglise (...), aident à construire l'Eglise, à rendre la Parole de Dieu présente et à sensibiliser les gens à la présence de Jésus Christ dans les sacrements ».

« A cette époque où le sécularisme est fort (...), il est d'autant plus important que le prêtre ne soit pas seul, mais entouré de croyants qui portent avec lui cette semence de la Parole et l'aident pour qu'elle soit vivante et qu'elle grandisse aujourd'hui aussi », a affirmé le pape.

« Selon la tradition, le conseil est un don de l'Esprit Saint et un prêtre, encore plus un pape, a besoin de conseil, d'être aidé pour prendre des décisions », a encore ajouté Benoît XVI. « C'est pour cela que ces conseils pastoraux réalisent aussi une œuvre de l'Esprit Saint et témoignent de sa présence dans l'Eglise ».

Dans ce discours, le pape a souligné l'importance « de consoler, d'aider, d'assister les personnes dans la souffrance ».

« J'ai vu cela en Afrique », a-t-il affirmé en évoquant le « grand centre créé par le cardinal Léger, Canadien, grand père du Concile, où je l'ai connu ». Dans ce centre « où l'on voit toute la gamme des souffrances : Sida, lèpre, tout », on « voit aussi la force de la foi, on voit des gens qui, motivés par la force de la foi et de l'amour que la foi suscite, se mettent totalement à disposition ».

« Ainsi la souffrance est transformée et les personnes qu'ils aident sont transformées, elles deviennent plus humaines, plus chrétiennes : on sent quelque chose de l'amour de Dieu », a souligné le pape qui a invité à être « toujours sensibles à la souffrance, aux personnes souffrantes, aux pauvres (...) ».

Marine Soreau