Le pape à propos des trafiquants de drogue : « Dieu leur demandera des comptes »

Il visite un centre de réhabilitation pour les toxicomanes à Guaratinguetá

| 2150 clics

ROME, Samedi 12 mai 2007 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a mis en garde les trafiquants de drogue à travers le monde, et demandé aux jeunes d’ouvrir leur cœur au message du Christ.



Le pape s’est rendu ce matin à la « Fazenda da Esperança », un centre de réhabilation pour jeunes toxicomanes, à Guaratinguetá, à 180 kilomètres de Sao Paulo.

Benoît XVI a rappelé que la dépendance de la drogue et des stupéfiants au Brésil est importante.

« Je demande par conséquent aux trafiquants de réfléchir au mal qu’ils sont en train de faire à une multitude de jeunes et d’adultes de toutes les couches sociales : Dieu leur demandera des comptes pour ce qu’ils ont fait », a-t-il déclaré.

Le pape a expliqué que « la dignité humaine ne peut être piétinée de cette manière. Le mal provoqué reçoit la même réprobation que celle exprimée par Jésus pour ceux qui scandalisaient ‘les plus petits’, les préférés de Dieu ».

Le pape a transmis des vœux de paix à tous ceux qui se trouvent en phase de réhabilitation ainsi qu’à ceux qui sont sortis de leur dépendance, aux volontaires, aux familles, aux bienfaiteurs, de toutes les Fermes de l’espérance à travers le monde (il en existe 42).

« L’Eglise d’aujourd’hui doit raviver en elle la conscience du devoir de reproposer au monde la voix de Celui qui dit : ‘Je suis la lumière du monde ; qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie’ », a affirmé Benoît XVI.

« La mission du pape – a-t-il poursuivi – est de renouveler dans les cœurs cette lumière qui ne faiblit pas, car il veut éclairer profondément les âmes qui cherchent le vrai bien et la paix, que le monde ne peut donner ».

« Une telle lumière a seulement besoin d’un cœur ouvert aux aspirations divines, a expliqué le pape. Dieu ne contraint pas, n’opprime pas la liberté individuelle ; il demande seulement l’ouverture de ce sanctuaire de notre conscience à travers lequel passent toutes les aspirations les plus nobles, mais également les affections et les passions désordonnées qui ternissent le message du Très Haut ».

Le pape a rappelé aux jeunes que « Jésus vient et frappe, doucement, au plus profond des cœurs bien disposés », ajoutant que Dieu a placé près d’eux « une personne amie ou un prêtre » ou « prépare peut-être une série de coïncidences » pour leur faire comprendre qu’ils sont « objet de la prédilection divine ».

Au terme de son discours, le pape a évoqué les « nombreuses autres institutions à travers le monde qui oeuvrent pour rendre la vie, une vie nouvelle, à ces frères présents dans notre société, que Dieu aime d’un amour préférentiel ».

Après la rencontre avec les jeunes de la Ferme de l’espérance, Benoît XVI s’est rendu au séminaire « Bom Jesus » à Aparecida, pour se reposer quelques instants avant d’aller réciter le chapelet avec les séminaristes, prêtres et religieuses et religieux dans la basilique du sanctuaire d’Aparecida.