Le pape appelle à combattre l'intolérance sous toutes ses formes

Une délégation du Centre Simon Wiesenthal au Vatican

Rome, (Zenit.org) Pape François | 759 clics

Pour le pape, « le problème de l'intolérance doit être affronté sous toutes ses formes : partout où une minorité est persécutée et marginalisée en raison de ses convictions religieuses ou de son identité ethnique, le bien-être de la société dans son ensemble est menacé ».

Le pape a reçu une délégation du Centre "Simon Wiesenthal", organisation juive internationale pour la défense des droits de l'homme, ce jeudi 24 octobre 2013, au Vatican.

Il a encouragé juifs et chrétiens à transmettre aux jeunes « une passion pour rencontrer et connaître les autres », et « l'importance de travailler ensemble pour abattre les murs et construire des ponts entre nos cultures et nos traditions religieuses ».

Allocution du pape François

Chers amis,

J’accueille cette délégation du Centre Simon Wiesenthal, une organisation juive internationale pour la défense des droits de l'homme. Je suis conscient que cette réunion avait été prévue il y a quelque temps par mon prédécesseur, Benoît XVI, que vous aviez demandé de rencontrer et qui demeure dans nos pensées et nos prières affectueuses.

Ces rencontres sont un signe concret de l'estime et du respect que vous avez pour les évêques de Rome, et pour lequel je suis reconnaissant. Elles sont également une expression de l'appréciation du pape pour la tâche à laquelle vous vous êtes consacrés : lutter contre toute forme de racisme, d'intolérance et d'antisémitisme, garder vivante la mémoire de la Shoah, et promouvoir la compréhension mutuelle à travers l'éducation et l’engagement pour le bien de la société.

Ces dernières semaines, j'ai réaffirmé plus d’une fois la condamnation de l'Eglise de toutes les formes d'antisémitisme. Aujourd'hui, je tiens à souligner que le problème de l'intolérance doit être affronté sous toutes ses formes : partout où une minorité est persécutée et marginalisée en raison de ses convictions religieuses ou de son identité ethnique, le bien-être de la société dans son ensemble est menacé et chacun de nous doit se sentir touché. Avec une tristesse particulière, je pense aux souffrances, à la marginalisation et aux véritables persécutions que bien plus qu'une poignée de chrétiens subissent dans différents pays. Joignons nos efforts pour promouvoir une culture de rencontre, de respect, de compréhension et de pardon mutuel.

Pour la construction de cette culture, je voudrais souligner en particulier l'importance de l'éducation, non seulement en tant que transmission de faits, mais aussi comme legs d’un témoignage vivant. Cela suppose la mise en place d'une communauté de vie, une alliance avec les générations à venir, qui sont toujours ouvertes à la vérité. Pour les jeunes, nous devons être capables de transmettre non seulement une connaissance de l'histoire du dialogue judéo-catholique sur les difficultés du passé, mais aussi une prise de conscience des progrès récents réalisés dans les récentes décennies. Avant tout, nous devons être capables de transmettre une passion pour rencontrer et connaître les autres, pour promouvoir une participation active et responsable de nos jeunes. C'est ici que l'engagement au service de la société et des personnes qui sont le plus dans le besoin acquiert une valeur particulière. Je vous encourage à continuer à transmettre aux jeunes l'importance de travailler ensemble pour abattre les murs et construire des ponts entre nos cultures et nos traditions religieuses. Puissions-nous aller de l'avant avec confiance, courage et espoir ! Shalom !

Traduction de Zenit, Anne Kurian