Le pape au Bénin : La fièvre du « Jour J moins 2 »

« Sur place, rien nest laissé au hasard »

| 1810 clics

ROME, mercredi 16 novembre 2011 (ZENIT.org) – « Rien n’est laissé au hasard », affirme la presse du Bénin car le pays vit fiévreusement au rythme du compte à rebours en se préparant à l’arrivée de Benoît XVI : « Jour J moins 2 ».

Vendredi prochain, 18 novembre, c’est même toute l’Afrique qui accueillera Benoît XVI au Bénin. Ce sera pour le pape à la fois l'occasion de célébrer les 150 ans de l'évangélisation du Bénin, les 40 ans de relations diplomatiques entre cette Nation et le Saint-Siège, et de remettre aux représentants des Conférences épiscopales africaines son exhortation apostolique « Africae Munus », fruit du second synode des évêques pour l'Afrique d'octobre 2009. C’est un document de 137 pages en français.

Le pape vient offrir son message sur « la réconciliation, la paix et la justice » à tout le continent, et, sur place, la mobilisation est intense : on apporte les dernières touches aux préparatifs.

« Rien n’est laissé au hasard depuis le lancement, le 23 octobre dernier, de la préparation spirituelle de la visite du Pape par la conférence épiscopale », explique le Père Cyriaque Guédé, vicaire général du diocèse de Djougou, à Alain Sessou pour l'hebdomadaire Catholique « La Croix du Bénin ».

« La prière pour le Pape est traduite dans toutes les langues liturgiques locales (Lokpa, Ditamari, Dendi et Yoom) et distribuée à tous les fidèles lors des assemblées en paroisse », indique-t-il.

Et lors de ces rassemblements, les fidèles sont « informés » et « formés » sur la mission du pape. L’objectif, précise le vicaire, est aussi d’ « aider les chrétiens catholiques à répondre aux questions des membres de leur entourage qui ne sont pas catholiques ». Les catholiques seraient environ 17 % de la population.

La délégation du diocèse de Djougou qui se rendra à Cotonou, le 18 novembre, pour accueillir le pape sera de 300 fidèles, poursuit le Père Guédé, et elle sera composée de familles, de couples, et de chrétiens de tous âges.

A une centaine de kilomètres au nord, le diocèse de Natitingou est lui aussi « dans la fièvre » de la visite du pape, rapporte le journaliste béninois.

« Les chrétiens du diocèse ont la joie de vivre cette année trois grands événements d’Eglise : la célébration des 70 ans de l’Evangélisation de l’Atacora, la consécration de la nouvelle cathédrale Saint-Sauveur de Natitingou et enfin la venue du pape Saint-Père au Bénin », explique le père Ghanaba, vicaire de la cathédrale de Natitingou.

A Lokossa, les fidèles ont préparé spirituellement la visite du pape lors du pèlerinage diocésain au sanctuaire marial de Tchanvédji, les 4 et 5 novembre derniers.

A Ouidah, où le pape se rendra, notamment pour rendre hommage au cardinal Bernardin Gantin, et à Cotonou, où Benoît XVI séjournera, les comités d’organisation apportent les dernières touches aux préparatifs.

Sur des panneaux géants dressés à certains carrefours de la capitale économique du Bénin, on peut lire « Cotonou accueille le Pape Benoît XVI.. Rendons notre ville propre. Balayons nos devantures…», rapporte La Croix du Bénin.

Depuis quelques jours, des bénévoles sont sur le terrain pour vérifier les commodités et procéder à la répartition de pèlerins. Les écoles et collèges catholiques mettent 5.505 places à leur disposition.

Les différentes sous-commissions du comité préparatoire diocésain de Cotonou ont informé les curés des dispositions pratiques à respecter pour faciliter l’accueil, l’hébergement, la restauration, le transport des voyageurs.

Enfin, les sessions « d’information et de formation » s’intensifient pour familiariser aussi les journalistes au langage liturgique, aux différentes étapes de la messe, ainsi qu’aux signes distinctifs permettant de reconnaître le prêtre, l’évêque, le cardinal et le pape.

La Croix du Bénin conclut : « Le Bénin n’attend plus que l’arrivée effective du Pape, vendredi prochain à 15 heures ! ».

Isabelle Cousturié