Le pape craint un risque de sécularisation au sein de l’Eglise

Fête du Saint-Sacrement

| 2614 clics

ROME, Vendredi 12 juin 2009 (ZENIT.org) - Benoît XVI a mis en garde, le 11 juin, jour de la Fête du Saint-Sacrement, contre le danger de la « sécularisation latente » qui pénètre dans l'Eglise et se manifeste « par un culte eucharistique formel et vide ».

Le souverain pontife a participé à la procession du Saint-Sacrement dans le centre de Rome, après avoir présidé la messe sur le parvis de la basilique de Saint-Jean de Latran, cathédrale de l'évêque de Rome.

Dans son homélie, le pape a illustré par des images suggestives l'importance de la foi dans la présence réelle de Jésus dans l'Eucharistie, expliquant à des milliers de pèlerins qu'il « ne faut pas tenir la foi pour acquise ».

« Aujourd'hui, il existe le risque d'une sécularisation latente également au sein de l'Eglise, qui peut se traduire en un culte eucharistique formel et vide, dans des célébrations privées de la participation du cœur qui s'exprime dans la vénération et le respect de la liturgie », a-t-il mis en garde.

Selon le Saint-Père, « la tentation est toujours forte de réduire la prière à des moments superficiels et hâtifs, en se laissant submerger par les activités et par les préoccupations terrestres ».

L'Eucharistie est « le pain de la vie éternelle, du nouveau monde, qui nous est déjà donné aujourd'hui dans la Sainte Messe, afin que dès à présent, le monde futur commence avec nous ».

« Avec l'Eucharistie donc, le ciel descend sur terre, le demain de Dieu se fond avec le présent et le temps est comme embrassé par l'éternité divine ».

Benoît XVI n'a pas caché sa joie d'avoir pu accompagner le Christ dans le Saint-Sacrement sur la via Merulana, qui relie la basilique Saint-Jean de Latran à la basilique de Sainte-Marie-Majeure.

Il a invité les fidèles à faire monter cette prière : « reste avec nous Jésus, fais-nous don de ta personne et donne-nous le pain qui nous nourrit pour la vie éternelle ! ».

« Libère ce monde du poison du mal, de la violence et de la haine qui empoisonne les consciences, purifie-le par la puissance de ton amour miséricordieux », a-t-il ajouté.

Le pape a accompagné le Saint-Sacrement, en prière, à genoux sur un prie-Dieu placé devant l'ostensoir, sur une camionnette blanche aménagée pour la circonstance, alors que la nuit commençait à tomber sur la Ville Eternelle, suivi par une foule recueillie de fidèles, tenant des bougies à la main.