Le pape demande la grâce pour un condamné à mort aux Etats-Unis

Timothy McVeigh est accusé d´avoir placé une bombe qui a fait 168 morts

| 1350 clics

ROME, mardi 1er mai 2001 (ZENIT.org) – Le vice-président américain a rejeté la demande que Jean-Paul II avait adressée au président George Bush de gracier le poseur de bombe d´Oklahoma qui avait causé la mort de 168 personnes en 1995.



"Je crois que s´il y a un homme qui mérite d´être exécuté, c´est sans doute Timothy McVeigh", a déclaré le vice-président Dick Cheney au "Fox News Sunday".

Timothy McVeigh, qui est âgé de 33 ans, devrait être exécuté par injection létale le 16 mai à Terre Haute, dans l´Indiana. Il est accusé d´avoir placé une bombe dans le Bâtiment Fédéral "Alfred P. Murrah" à Oklahoma en 1995. L´attentat a fait 168 morts dont 19 enfants.

La semaine dernière, le président Bush a reçu une demande de clémence du pape Jean-Paul II, précise "Associated Press". Des experts ont déclaré que Bush n´aurait apparemment eu aucun moyen d´intervenir dans cette affaire, même s´il l´avait souhaité. McVeigh avait laissé l´échéance du 16 février arriver sans remplir de demande de clémence.

Claire Buchan, porte-parole de la Maison Blanche, a déclaré vendredi que le président Bush n´avait aucune intention d´accorder des clémences. "Le président a beaucoup de respect pour le pape et il s´agit d´une situation tragique", a-t-elle déclaré. "Mais le président a aussi une très grande compassion pour les 168 victimes de l´attentat de Oklahoma et leurs familles", a-t-elle ajouté.

Lorsqu´il fut gouverneur du Texas, Bush a battu les records d´exécutions capitales depuis le ré-établissement de la peine de mort aux Etats-Unis (en 1976).

Selon de récents sondages, plus de 60% des américains seraient en faveur de la peine de mort. Par ailleurs, étant donnée l´ampleur de la catastrophe de Oklahoma, peu de voix se sont élevées pour demander que la vie de McVeigh soit épargnée. Parmi ces quelques voix figurent celles des cardinaux et des évêques américains.

Le pape Jean-Paul II lancent régulièrement des appels à la clémence pour des personnes condamnées à mort à travers le monde. La peine capitale constitue un point de désaccord clair entre l´Eglise catholique et l´administration Bush. Dans d´autres domaines, comme celui du respect de la vie des enfants à naître, le président américain semble vouloir se rapprocher de la position catholique.

Le 27 janvier 1999, lors de sa dernière visite aux Etats-Unis, le pape Jean-Paul II avait décrit la peine de mort comme une punition "cruelle" et "non nécessaire". A Saint Louis, dans le Missouri, il avait déclaré: "La société moderne a les moyens de se protéger et n´a pas besoin de refuser définitivement la possibilité de se corriger".