Le pape demande la reconnaissance juridique de l´embryon humain

La science, déclare-t-il, a démontré que l´embryon a une "identité propre"

| 480 clics

CITE DU VATICAN, dimanche 3 février 2002 (ZENIT.org) – Dans son allocution prononcée avant la prière de l´Angélus, le pape a aujourd´hui demandé que l´embryon humain soit reconnu sur le plan juridique et que l´on respecte les droits des personnes incapables de se défendre seules. Le pape parlait de la fenêtre de sa bibliothèque qui donne sur la place Saint Pierre où étaient réunies plusieurs milliers de fidèles, dont de nombreux membres du Mouvement pour la Vie italien.



Le pape Jean-Paul II a déclaré que la "science a désormais démontré" que l´embryon est "un individu humain qui possède une identité propre dès la fécondation". "Il est par conséquent logique d´exiger que cette identité soit aussi reconnue sur le plan juridique, surtout en ce qui concerne son droit fondamental à la vie".

L´Eglise italienne célébrait aujourd´hui la Journée pour la Vie, qui avait cette année pour thème: "reconnaître la vie".

"Reconnaître" la vie, disait le pape, c´est "garantir à chaque être humain le droit de se développer selon sa propre potentialité, en lui assurant l´inviolabilité, de la conception jusqu´à la mort naturelle". "Personne n´est maître de la vie; personne n´a le droit de manipuler, d´opprimer ou même d´ôter la vie, celle des autres ou sa propre vie", poursuivait-il. "Il ne peut encore moins le faire au nom de Dieu, qui est l´unique Seigneur et le celui qui aime la vie le plus sincèrement", ajoutait-il, en faisant allusion aux attentats kamikazes.

"Le fait de reconnaître la valeur de la vie comporte des applications cohérentes dans le domaine juridique, surtout en ce qui concerne le soutien des êtres humains qui ne sont pas en mesure de se défendre seuls comme les nouveau-nés, les handicapés mentaux, les malades les plus gravement atteints ou en phase terminale", déclarait le Saint Père.

Le pape a été chaleureusement applaudi lorsqu´il a donné sa bénédiction, spécialement aux femmes enceintes présentes dans la foule.