Le pape demande un engagement international pour enrayer définitivement la lèpre

Journée mondiale des Lépreux

| 678 clics

CITE DU VATICAN, dimanche 30 janvier 2005 (ZENIT.org) – A l’occasion de la Journée mondiale des Lépreux, le pape a salué ce matin, après la prière de l’Angélus, tous les malades de la lèpre. Il a par ailleurs encouragé l’engagement de toute la communauté internationale pour que cette maladie soit définitivement enrayée.



« Dans les régions les plus pauvres du monde, cette maladie, pourtant curable, continue à frapper des millions de personnes, dont beaucoup d’enfants », a déclaré le pape.

« J’adresse un salut spécial à tous ces frères et sœurs, les assurant de ma prière que j’étends à tous ceux qui, de différentes manières, les assistent. Je forme le vœu que l’engagement de la communauté internationale réussisse à enrayer complètement cette plaie sociale », a-t-il poursuivi avant de saluer les membres de l’Association italienne Amis de Raoul Follereau, présents place Saint Pierre.

« La bataille contre la lèpre n’est qu’un chapitre de ce grand combat que tous, qui que nous soyons, nous devons livrer contre ces vraies lèpres, bien plus contagieuses, hélas ! que la lèpre, et qui sont la misère, la faim, l’égoïsme, le fanatisme, la lâcheté. Ces lèpres-là, nous avons appris, au service des lépreux, comment les attaquer, les combattre, les vaincre », déclarait Raoul Follereau (cf. http://www.raoul-follereau.org) qui en 1954 institua la Journée mondiale des Lépreux.

Le site de l’association Raoul Follereau précise par ailleurs que « treize millions de malades ont été guéris, mais la contagion frappe encore une personne toutes les minutes et toutes les dix minutes, c’est un enfant qui est touché ».

« Pour guérir un lépreux, il faut plus qu'une victoire sur la maladie. Il faut sensibiliser tout en dédramatisant, soigner avec persévérance et assurer l'avenir de ceux qui restent des anciens lépreux par la réinsertion », explique le site de l’association.