Le pape demande un plus grand engagement en faveur des malades mentaux

Message pour la prochaine Journée mondiale du Malade

| 834 clics

ROME, Vendredi 9 décembre 2005 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a lancé un appel à la société en général, et aux communautés chrétiennes en particulier afin qu\'elles renforcent leur engagement de solidarité avec les malades mentaux.



Constatant de nouvelles formes de mal-être mental nées de l’incidence négative de la crise des valeurs et de la solitude, le pape a choisi de consacrer la réflexion de la 14ème Journée mondiale du Malade, aux malades mentaux.

Cette Journée, créée par le pape Jean-Paul II, est célébrée chaque année le 11 février, fête de Notre Dame de Lourdes. En 2006, les célébrations de cette Journée se dérouleront à Adelaïde, en Australie.

Dans un message écrit à l’occasion de cette Journée, en date du 8 décembre, solennité de l’Immaculée Conception, le pape fait d’abord une analyse des causes du mal-être mental.

« La durée des conflits armés dans différentes régions de la terre, la succession de catastrophes naturelles effroyables, la diffusion du terrorisme, non seulement ont provoqué un nombre impressionnant de morts, mais ont engendré chez de nombreux rescapés des traumatismes psychiques, souvent irréversibles », constate Benoît XVI.

Ensuite, dans les pays qui vivent un développement économique important, ajoute-t-il, « les experts reconnaissent comme étant à l’origine des nouvelles formes de mal-être mental l’incidence négative de la crise des valeurs morales ».

« Cela accroît le sentiment de solitude, mine les formes traditionnelles de cohésion sociale, et forment même des clivages, à commencer par l’institution de la famille, et marginalisent les malades, surtout les malades mentaux, considérés souvent comme un fardeau pour la famille et la communauté », dénonce-t-il.

Benoît XVI encourage « les efforts de tous ceux qui s’emploient afin que les soins nécessaires soient donnés aux malades psychiques » et « la solidarité aux familles qui ont à charge des personnes malades mentales ».

Le pape s’adresse également dans son message aux personnes éprouvées par la maladie, les invitant « à offrir avec le Christ » leur « condition de souffrance au Père, dans la certitude que chaque épreuve acceptée avec résignation est méritoire et attire la bienveillance divine sur toute l’humanité ».