Le pape encourage le mariage face au divorce et à la polygamie

Visite ad limina des évêques de Gambie, de Sierra Leone et du Liberia

| 1700 clics

ROME, Vendredi 30 avril 2010 (ZENIT.org) - En recevant les évêques de Gambie, de Sierra Leone et du Liberia (cf. ZENIT mardi 27 avril) en visite ad limina, le 29 avril au Vatican, Benoît XVI les a invités à défendre le sacrement du mariage dans une société marquée par le divorce et la polygamie. Il les a également invités à se défendre contre la « mentalité antinataliste » qui se répand.

« Dans un environnement marqué par le divorce et la polygamie, encouragez l'unité et le bien-être de la famille chrétienne fondée sur le sacrement du mariage », a affirmé le pape. « Les initiatives et les associations consacrées à la sanctification de cette communauté fondamentale méritent votre soutien total ».

Benoît XVI a aussi souhaité que les évêques soutiennent « la dignité des femmes dans le contexte des droits humains » et défendent leur peuple « contre les tentatives d'introduire une mentalité antinataliste cachée par une forme de progrès culturel ».

« Qu'à travers votre enseignement, le Seigneur préserve les membres de votre peuple du mal, de l'ignorance, de la superstition », a ajouté le pape.

Devant les évêques de Gambie, de Sierra Leone et du Liberia, le pape a aussi évoqué le thème des vocations et des prêtres, appelant à un « discernement adapté ». « Continuez à les guider par vos paroles et votre exemple, afin qu'ils soient des hommes de prière, sains et clairs dans leur enseignement, mûrs et respectueux dans leurs relations avec les autres, fidèles à leurs engagements spirituels, forts dans la compassion envers tous les pauvres ».

Evoquant une Eglise « tenue en haute considération » dans ces 3 pays « parce qu'elle contribue au bien commun de la société, en particulier dans l'éducation, dans le développement, dans l'assistance sanitaire, offerte à tous sans distinction », Benoît XVI a tenu à saluer particulièrement « l'assistance apportée aux réfugiés et aux immigrés ».

Le pape s'est également exprimé sur l'importance de l'éducation. « Je vous encourage à continuer à offrir des programmes scolaires qui préparent et motivent les nouvelles générations à devenir des citoyens responsables et socialement actifs pour le bien de leur communauté et de leur pays ».

Avant d'inviter au « dialogue avec les autres religions » et en particulier avec l'islam, le pape a enfin prié pour que « le processus de réconciliation » entamé dans la région « puisse produire un respect durable pour tous les droits de l'homme donnés par Dieu et neutraliser les tendances aux représailles et à la vengeance ».

Marine Soreau