Le pape et la beauté de la vieillesse

Par le P. Lombardi

| 1075 clics

Océane Le Gall

ROME, lundi 19 novembre 2012 (ZENIT.org) –  « La vieillesse, ce n’est pas chercher à remplir artificiellement son temps de choses à faire, mais communiquer une sagesse du cœur capable de faire la distinction entre ce qui est essentiel et ce qui est secondaire, ce qui dure et ce qui passe », affirme le père Federico Lombardi.

C’est en ces termes en effet que le directeur du Centre de télévision du Vatican (CTV), revient sur l’apologie du grand âge que Benoît XVI a faite, lundi 12 novembre dernier, en rendant visite aux personnes âgées d’une maison de retraite de la communauté de Sant’ Egidio à Rome (cf . Zenit du 12 novembre 2012 pour l’article, et ce lien de Zenit pour le texte intégral en français).

Cette visite, souligne-t-il, « est certainement un de ces heureux moments où un grand nombre de personnes comprend facilement que les gestes et les paroles du pape sont un précieux message pour eux et pas seulement pour le petit groupe de privilégiés qui ont pu le rencontrer personnellement ».

Contrairement à son prédécesseur, Benoît XVI, ne partage pas la situation de la  «  personne âgée malade », mais celle de la personne âgée avec « ses limites, ses difficultés » liées à l’âge et qui, si elle est acceptée « avec sereine et patiente acceptation » et «  dans la conscience  de se savoir aimé de Dieu »,  peut être vécue,  a-t-il dit, comme un « moment à partager avec les autres » pour  transmettre « la sagesse de la vie ».

A ce propos le père Lombardi réitère l’appel du pape aux personnes âgées à « être comme un livre ouvert dans lequel les jeunes générations peuvent trouver de précieuses indications pour avancer dans la vie ».

Il ne s’agit donc pas de « chercher à remplir artificiellement son temps de choses à faire, mais de communiquer une sagesse du cœur capable de faire la distinction entre ce qui est essentiel et ce qui est secondaire, ce qui dure et ce qui passe », explique le porte-parole du Saint-Siège et directeur de Radio Vatican.

La vieillesse, ajoute-t-il, « c’est le moment de la vérité », un temps d’attente qui peut se combler par la prière, une prière ouverte, large,  pour « les pauvres, pour la paix, pour que  cesse la violence, pour l’Eglise…).

Cette prière, conclut le père Lombardi, est une « prière puissante » car « la personne âgée qui croit et espère, sait qu’elle est plus proche du Seigneur et des Saints », que «  la ligne de passage se fait de plus en plus transparente ».

« Nous avons besoin de ces personnes âgées », conclut-il, et savons qu’elles sont une « immense richesse ». C’est pourquoi  nous devons les tenir avec amour au milieu de nous, afin de pouvoir dire en vérité, avec le pape : « C’est beau d’être une personne âgée ».