Le pape François, aussi un pasteur pour l'Asie

Par le card. indien Oswald Gracias

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 1726 clics

Le pape François est un « pasteur universel », y compris pour l’Asie. Telle la conviction du cardinal indien Oswald Gracias qui se réjouit : « Dieu a répondu à notre demande ».

Pour le cardinal archevêque de Bombay, qui était l’un des 115 cardinaux électeurs au conclave, le pape élu est « le pape dont l’Eglise a besoin pour affronter les défis aujourd’hui », selon l’agence AsiaNews.

Le cardinal, qui est président de la Conférence épiscopale italienne (Cbci) estime que le nouveau pape « peut comprendre profondément la situation réelle des chrétiens en Asie », car il a été lui-même ordinaire pour les fidèles de rite oriental en Argentine.

Ses origines, ajoute-t-il, ne peuvent pas être « en opposition » avec la mission en Asie, car il est « pasteur de l’Eglise universelle ». En outre, « le Saint-Père vient d’une grande Eglise, qui malgré ses racines solides doit affronter les mêmes 'problèmes' qu’une réalité jeune comme celle de l’Asie ».

Aussi, le cardinal se dit « convaincu » que le pape est « absolument conscient de tous les défis auxquels l’Eglise entière est confrontée ».

Le cardinal Gracias, qui vivait son premier conclave, confie qu’il s’y est préparé « en priant intensément, avec la conscience d’avoir une grande responsabilité ». Le cardinal témoigne également que le nouveau pape lui a semblé « très simple », lors de leurs contacts durant le conclave.

Il rend également hommage à Benoît XVI : « La renonciation de Benoît XVI m’a fait beaucoup réfléchir, y compris durant le conclave. Il a été un grand guide, vraiment un grand guide, et nous nous demandions qui pourrait assumer le ministère pétrinien après un pape comme lui. Nous avons prié avec force et lorsque le pape François a été élu nous avons compris que Dieu avait répondu à notre demande ».