Le pape François mobilise les familles

"Je vous demande de prier intensément l'Esprit Saint"

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 782 clics

En route vers le synode pour la famille d’octobre prochain, le pape François mobilise les familles et sollicite leur soutien : « Je vous demande de prier intensément l’Esprit Saint, afin qu’il éclaire les Pères synodaux et qu’il les guide dans leur tâche exigeante ». Un synode qui ne se fera donc pas sans les principales intéressées.

Le pape s’invite en personne dans les foyers chrétiens et il le dit lui-même en ces termes dans sa Lettre aux familles publiée ce 25 février 2014 : « Chères familles, je me présente au seuil de votre maison… » (cf. Documents pour le texte intégral).  

Auparavant, jamais un pape n’avait écrit aux familles, ni même aux laïcs, avant un synode. Une nouveauté qui marque que les familles sont parties prenante du travail des évêques – elles ont déjà été consultées par de nombreuses conférences épiscopales – et qu’elles sont appelées à donner leur participation.

Quelques jours après le consistoire extraordinaire sur le thème de la famille (20-21 février), le pape évoque l’Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, sur le thème ‘Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation’ (octobre 2014), l’Assemblée ordinaire sur le même thème (octobre 2015) et enfin la Rencontre mondiale des Familles à Philadelphie (septembre 2015).

Les familles, acteurs dans l’Eglise

Soulignant la responsabilité du « Peuple de Dieu tout entier », y compris « les fidèles laïcs du monde entier », il demande l’aide des familles par « des suggestions concrètes » mais aussi « par l’apport indispensable de la prière », un « précieux trésor » pour l’Eglise.

« Le soutien de la prière est plus que jamais nécessaire et significatif spécialement de votre part, chères familles », insiste-t-il : « je vous demande de prier intensément l’Esprit Saint, afin qu’il éclaire les Pères synodaux et qu’il les guide dans leur tâche exigeante ».

Par ce soutien spirituel, les familles ne sont plus simplement l’objet des réflexions pastorales mais aussi les acteurs appelés à se mobiliser pour « affronter les défis actuels avec la lumière et la force de l’Évangile ».

Le pape plaide pour la solidarité entre les générations, avec l’image de la Présentation de Jésus au temple, fêtée le 2 février, date à laquelle la lettre a été signée : « deux jeunes parents et deux personnes âgées, rassemblées par Jésus. Vraiment, Jésus fait se rencontrer et unit les générations ! »

Dans les crises de la famille, « l’amour authentique c’est Jésus qui le donne », ajoute-t-il : « Il est la source inépuisable de cet amour qui vainc toute fermeture, toute solitude, toute tristesse. »

Un cénacle sur le monde entier

Pour Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical pour la famille, les familles sont en réalité « la véritable lettre du pape François », comme saint Paul l’écrivait : « Notre lettre de recommandation, c’est vous, elle est écrite dans nos cœurs » (2 Co 3,2).

En effet, c’est le témoignage des familles, « écrit dans les cœurs » et destiné à « être lu par tous » qui pourra toucher le monde : « Qui mieux que les familles croyantes peut parler des grands dons que sont le mariage et la famille pour l’humanité ? Qui mieux qu’elles peut dire que la famille enracinée dans le mariage est un bien incomparable ? »

La famille est « dans l’esprit et le cœur de l’Eglise » car « on ne peut oublier que le rayonnement du christianisme est advenu à travers les familles » : une « grande leçon » pour la nouvelle évangélisation, qui fait dire à l’archevêque : « Ce temps est le temps de la famille ! »

Si l’Eglise a besoin de « l’aide » des familles, « la prière est la première façon de participer à ce chemin commun » : pasteurs et familles sont invités à vivre ce temps « unis dans la prière », comme « dans un cénacle spirituel qui rassemble le monde entier, dans l’attente que l’Esprit suscite une Pentecôte renouvelée ».

La lettre aux familles, un genre peu usité

Pour ce texte bref, c’est le style de la lettre, direct, proche, qui a été choisi par le pape François. Dans le magistère des derniers papes, la « lettre aux familles » est un genre peu usité : s’ils ont prononcé de nombreux discours pour les familles, ils ont en revanche écrit peu de textes officiels s’adressant directement à elles.

Benoît XVI a écrit une Lettre pour la VIIe rencontre mondiale des familles (23 août 2010), rédigée à l’attention du cardinal Ennio Antonelli, président du Conseil pontifical pour la famille.

Jean-Paul II a consacré à la famille l’exhortation apostolique « Familiaris consortio » sur les tâches de la famille chrétienne dans le monde d’aujourd’hui, s’adressant à toute l’Eglise. Il faut remonter en 1994, « Année de la famille », pour trouver une lettre semblable – quoique beaucoup plus longue – que Jean-Paul II ouvre avec les termes « Chères familles ».

Le bienheureux pape y appelait également les familles à la prière : « combien est urgente une grande prière des familles, qui s'intensifie et s'étende au monde entier… Que s'élève d'une manière incessante, cette année, la prière de l'Eglise, la prière des familles, "Eglises domestiques" ! » (Lettre aux familles, n°5)