Le pape François sur la tombe de Jean-Paul II

La « continuité » du ministère pétrinien

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1406 clics

Le pape François s’est rendu dans la basilique Saint-Pierre pour se recueillir sur la tombe de Jean-Paul II en ce 8e anniversaire de sa mort, le samedi 2 avril 2005, la veille au soir du Dimanche de la miséricorde. Le Vatican voit dans ce geste une façon pour le pape François d’exprimer la « continuité » du ministère pétrinien.

Le pape s’est rendu dans la basilique vaticane à 19 h, après sa fermeture au public. Le site de l’Etat de la Cité du Vatican propose de se recueillir virtuellement sur cette tombe grâce à une webcam éteinte ce soir.

“Comme la visite d’hier à la tombe de saint Pierre et aux grottes vaticanes, la visite de ce soir en la basilique exprime la profonde continuité spirituelle du ministère pétrinien des papes, que le pape François vit et ressent intensément, comme il l’a aussi manifesté dans la rencontre et par les entretiens téléphoniques répétés avec son prédécesseur Benoît XVI”, précise un communiqué du Saint-Siège.

Le pape était accompagné du cardinal Angelo Comastri, archiprêtre de la basilique vaticane, et par son secrétaire personnel, Mgr Alfred Xuereb.

Le pape s’est recueilli auprès de la tombe du bienheureux Jean-Paul II qui se trouve dans la chapelle Saint-Sébastien sur la droite de la nef latérale de la basilique.

Il s’est également recueilli brièvement auprès des tombes du bienheureux Jean XXIII et de saint Pie X.

Le pape Jean-Paul II avait nommé Jorge Mario Bergoglio comme évêque en 1992, comme archevêque de Buenos Aires en 1998 et il l'avait "créé" cardinal en 2001.

Radio Vatican affirme aujourd'hui que  Jean-Paul II "appréciait ce pourfendeur de l’exclusion et de la corruption" et que "l’estime était réciproque": "Au cours d’une messe dans sa cathédrale, le 4 avril 2005, le cardinal Bergoglio insista sur la cohérence qui avait caractérisé le Pape polonais, la cohérence d’un homme de Dieu qui passait des heures en adoration et qui se laissait façonner par la force du Seigneur. Jean-Paul II a été un témoin fidèle." 

Le 1er mai 2011, le jour de la béatification de Jean-Paul II, le cardinal Bergoglio a rendu un autre vibrant hommage à ce pape qui "n’avait pas eu peur" et qui "avait pu renverser les dictatures avec le courage et la fermeté que donne la Résurrection du Christ, avec la sérénité de ceux qui savent qu’ils seront pardonnés par la miséricorde du Seigneur".

La miséricorde, qui est inscrite dans la devise du pape François: "Miserando atque eligendo"