Le pape invite les diacres permanents à avoir le souci des immigrés

Et à transmettre la joie des « serviteurs de la vérité »

| 885 clics

ROME, Dimanche 19 février 2006 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a invité les diacres permanents du diocèse de Rome à non seulement annoncer l’Evangile et à vivre la charité concrète, en particulier envers les immigrés, mais à le faire avec la joie chrétienne, et comme des « serviteurs de la vérité ».



Rappelons que les diacres permanents sont des hommes mariés ordonnés diacres – avec l’accord de leur femme - ou des hommes qui choisissent le célibat perpétuel au moment de leur ordination diaconale mais ne veulent pas devenir prêtres, ou bien aussi des veufs. Leur nombre est sans cesse en augmentation dans le monde. Ils peuvent présider les mariages ou les funérailles, administrer le sacrement du baptême, et prêcher.

Le pape a reçu en audience en la salle Clémentine du Vatican samedi 18 février, les diacres permanent de son diocèse, à l’occasion du 25e anniversaire de la reprise des ordinations de diacres permanents, dans le sillage du concile. Le groupe de 400 personnes était accompagné par le cardinal vicaire Camillo Ruini, et Mgr Vincenzo Apicella, représentant le centre diocésain pour le diaconat permanent.

Le pape a invité les diacres à être des témoins de la vérité chrétienne par la Parole et en actes, en étant capables d’une solidarité prête à venir en aide pour remédier aux pauvretés sociales et spirituelles de leurs frères.

Benoît XVI a évoqué « le témoignage silencieux et quotidien de la charité » propre au ministère du diacre, comme en témoignent les Actes des Apôtres et la première communauté chrétienne.

« Nombreux sont les pauvres, soulignait le pape, souvent venant de pays très éloignés de l’Italie qui frappent à la porte des communautés paroissiales pour demander une aide nécessaire pour surmonter les moments de grave difficulté. Accueillez ces frères avec une grande cordialité et disponibilité, et cherchez à les aider autant que possible dans leurs besoins, en vous souvenant toujours des paroles du Seigneur : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ».

Le pape insistait sur cette vocation au « service », sur le modèle du « Serviteur » par excellence, le Christ, et en particulier au service de la vérité, et donc aussi, le service des pauvres et des « nouveaux pauvres » de notre époque, en particulier ceux qui ne voient plus le sens de leur existence.

Comme devise, le pape leur indiquait cette parole du Christ : « Je ne suis pas venu pour être servi, mais pour servir », et comme attitude, celle du lavement des pieds, comme sommet de cet exemple de la « diaconie » de Jésus, Fils de Dieu, qui fait le geste de l’esclave.

« L’union avec le Christ, disait le pape, doit être cultivée dans la prière, la vie sacramentelle, et en particulier l’adoration eucharistique : elle est de la plus haute importance pour votre ministère afin de pouvoir réellement témoigner de l’amour de Dieu. En effet, comme je l’ai écrit dans l’encyclique « Deus Caritas est », « l’amour peut être commandé par Dieu parce qu’il est auparavant donné ». Chers diacres, accueillez avec joie et gratitude l’amour que le Seigneur nourrit pour vous, et qu’il déverse dans votre vie, et donnez aux hommes avec générosité de que vous avez reçu gratuitement ».

Et comme destinataires, le pape indiquait les pauvres de la ville, auprès desquels l’Eglise de Rome a « une longue tradition de service ».

Mais le pape indiquait en même temps les « pauvretés spirituelles et culturelles » des personnes qui ont « perdu le sens de la vie », ou des jeunes qui « demandent à rencontrer des hommes qui sachent les écouter et les conseiller dans les difficultés ».

Benoît XVI a remercié les diacres permanents de leur service spécialement auprès des familles - à commencer par la leur -, mais aussi dans les structures civiles, les bureaux, les écoles, les hôpitaux.

« En annonçant l’Evangile, soulignait Benoît XVI, vous pourrez donner la Parole qui est capable d’éclairer le travail de l’homme et de lui donner un sens, ainsi qu’à la souffrance des malades, et vous aiderez les nouvelles générations à découvrir la beauté de la foi chrétienne. Vous serez ainsi des diacres de la vérité qui rend libres, et vous conduirez les habitants de cette ville à la rencontre de Jésus Christ. Accueillir le Rédempteur dans la vie, est pour l’homme une source de joie profonde, une joie qui peut donner la paix même dans les moments d’épreuve. Soyez donc des serviteurs de la vérité, pour être porteurs de la joie que Dieu veut donner à tout homme ».