Le pape invite les familles à montrer qu'il est possible d'aimer sans réserve

Deuxième jour de son voyage apostolique en Croatie

| 1955 clics

ROME, Dimanche 5 juin 2011 (ZENIT.org) – Dans un contexte – spécialement en Europe – où la sécularisation conduit à une désagrégation de la famille, le pape Benoît XVI invite les familles catholiques à montrer qu'il est possible d'aimer sans réserve et qu'il ne faut pas avoir peur de s'engager pour une autre personne.

Dans le cadre de son voyage apostolique en Croatie, Benoît XVI a présidé la messe, ce dimanche, à Zagreb, en présence de plus de 400.000 fidèles. La visite du pape coïncide avec la première Rencontre des familles catholiques croates.

« Chères familles, soyez courageuses ! Ne cédez pas à la mentalité sécularisée qui propose la cohabitation comme préparatoire, ou même substitutive au mariage ! Montrez par votre témoignage de vie qu’il est possible d’aimer, comme le Christ, sans réserve, qu’il ne faut pas avoir peur de s’engager pour une autre personne ! » a affirmé le pape.

« Réjouissez-vous de la paternité et de la maternité ! a-t-il poursuivi. L’ouverture à la vie est signe d’ouverture à l’avenir, de confiance dans l’avenir, de même que le respect de la morale naturelle libère la personne au lieu de l’humilier ! »

Benoît XVI a expliqué que « le bien de la famille est aussi le bien de l’Église », car « les familles chrétiennes sont une ressource décisive pour l’éducation à la foi, pour l’édification de l’Église comme communion et pour sa présence missionnaire dans les situations les plus diverses de la vie ».

« La famille chrétienne est un signe spécial de la présence et de l’amour du Christ », a insisté le pape.

Benoît XVI a expliqué que « l’Église est édifiée par les familles » qui constituent des « petites Églises domestiques ».

Il a invité les familles à devenir comme des petits cénacles, « comme celui de Marie et des disciples, dans lequel se vit l’unité, la communion, la prière ! »

« Le Cénacle, en effet, a expliqué le pape, est le lieu où Jésus institua l’Eucharistie et le Sacerdoce, au cours de la Dernière Cène, et où, ressuscité des morts, il répandit l’Esprit Saint sur ses Apôtres le soir de Pâques ».

Benoît XVI a souligné que Jésus avait demandé aux disciples qu'ils « restent ensemble pour se préparer à recevoir le don de l'Esprit Saint ».

« Rester ensemble fut la condition mise par Jésus pour accueillir la venue du Paraclet, et la prière prolongée fut la condition nécessaire de leur concorde », a-t-il ajouté.

En effet, pour que la mission soit efficace, l'initiative de Dieu est nécessaire, a souligné Benoît XVI, car « c’est son Esprit le vrai protagoniste de l’Église, à invoquer et à accueillir ».

Gisèle Plantec