Le pape lance du Kazakhstan un dramatique appel à la paix

Une majorité de participants musulmans lors de sa première messe à Astana

| 822 clics

ROME, dimanche 23 septembre 2001 (ZENIT.org) – Jean-Paul II a lancé de la capitale du Kazakhstan, ce dimanche, un dramatique appel à la paix dans le monde, afin que les attentats contre les Etats-Unis ne "provoquent pas de divisions encore plus grandes" et que la religion ne soit jamais un motif de conflit.



S´adressant aux quelque 50.000 personnes, en majorité musulmanes, rassemblées sur la place de la Mère Patrie à Astana, le Saint Père a demandé aux musulmans et aux chrétiens d´élever une "intense prière" vers Dieu pour la paix, alors que les Etats-Unis préparent leurs représailles aux attentats du 11 septembre.

"Je voudrais lancer un sérieux appel à chacun, chrétiens et fidèles d´autres religions, à travailler ensemble pour construire un monde sans violence, un monde qui aime la vie et qui grandit dans la justice et la solidarité", a déclaré le pape, prononçant un discours préparé à la dernière minute.

Selon des sources locales, au moment où Jean-Paul II prononçait ces paroles, des avions militaires américains partaient déjà pour l´Ouzbékistan, pays qui sépare le Kazakhstan de l´Afghanistan.

En présence de la plus haute autorité religieuse musulmane du pays, le grand Mufti Absattat Derbassalie, et du président Kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, l´évêque de Rome a ajouté: "Nous ne devons pas laisser ce qui s´est passé provoquer des divisions encore plus grandes. La religion ne doit jamais être utilisée comme motif de conflit.
De ce lieu, j´invite à la fois les chrétiens et les musulmans à élever une intense prière à Celui, Dieu Tout-Puissant, dont nous sommes tous les enfants, afin que le suprême bien de la paix règne dans le monde".

A la veille de la visite de Jean-Paul II, le Mufti du Kazakhstan avait demandé aux huit millions de musulmans du pays d´accueillir leur "grand hôte" les bras ouverts, et les avait encouragés à participer à l´Eucharistie de ce dimanche. Pour l´immense majorité des milliers de musulmans présents sur la place ce matin, c´était la première fois qu´ils participaient à une cérémonie chrétienne. Personne n´aurait pu imaginer cela il y a dix ans, comme l´a constaté M. Joaquín Navarro-Valls, le porte-parole du Saint-Siège.

"Puissent les peuples, partout, renforcés par la sagesse divine, oeuvrer pour une civilisation d´amour, dans laquelle il n´y a aucune place pour la haine, la discrimination ou la violence. De tout mon coeur je demande à Dieu de garder le monde dans la paix", a conclu le pape.

Sur la place de la Mère Patrie où avait lieu la messe de ce matin, se dressait un monument datant de l´époque soviétique représentant une femme avec un calice sous un grand épi de blé, symbolisant la victoire du 9 mai 1945, la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. L´autel avait la forme d´une "yurta" bleue, la tente des nomades de la steppe kazakhe.

Au cours de l´homélie, qu´il a prononcée en russe, le pape a rappelé les souffrances de ce peuple, beaucoup ayant été victimes de la déportation sous Staline. Des anciens, aux visages tannés creusés de rides, séchèrent quelques larmes en écoutant les paroles de Jean-Paul II.

Certains des participants avaient fait un voyage de quatre jours en car pour assister aujourd´hui à la messe du pape. Il y avait des catholiques d´origine allemande, ukrainienne, polonaise, descendants de déportés.

Le Kazakhstan est l´un des plus grands pays au monde. Il est plus étendu que l´Union Européenne mais sa population est voisine de celle des Pays-Bas.

Un grand nombre d´orthodoxes obéissant au patriarcat de Moscou ont également assisté à la messe. L´archevêque orthodoxe de Astana, Alexis, avait encouragé ses fidèles, même si lui était hospitalisé, à souhaiter la bienvenue au pape de Rome.

A la fin de la messe, le pape a déjeuné en compagnie des évêques d´Asie Centrale. Il a ensuite réalisé une visite de courtoisie au président Nazarbaïev. Le dernier acte public de ce dimanche a été la rencontre avec les jeunes à l´Université Eurasia de Astana.

Demain lundi le pape célébrera la messe dans la nouvelle cathédrale de Astana et dans l´après-midi il rencontrera le monde de la culture, de l´art et de la science. Mardi matin il partira pour l´Arménie.