Le pape nomme Mgr Chaput nouvel archevêque de Philadelphie

Il remplace le cardinal Rigali, en pleine crise des abus sexuels du clergé

| 1552 clics

ROME, Mercredi 20 juillet 2011 (ZENIT.org) – L’archevêque de Denver, MgrCharles Chaput, a été nommé mardi nouvel archevêque de Philadelphie par le pape Benoît XVI. Il remplace le cardinal Justin Rigali qui a présenté sa renonciation pour raison d’âge.

Mgr Chaput, âgé de 66 ans, est amérindien : il est issu de la tribu des Potawatomi. Il appartient à l’ordre des Frères capucins et a été nommé évêque à l’âge de 43 ans. Il a tout d’abord été évêque de Rapid City puis a été désigné comme archevêque de Denver en 1997. Parmi ses autres charges dans l’Eglise, on compte aussi celles de visiteur apostolique des séminaires des Etats-Unis, du diocèse australien de Toowoomba et de la Légion du Christ au Canada et aux Etats-Unis.

« Je ne sais pas pourquoi le Saint-Père m’envoie ici », a affirmé Mgr Chaput lors d’une conférence de presse, mardi à Philadelphie après l’annonce de sa nomination. « Mais j’ai confiance en son cœur et je crois dans ses critères. Je sais qu’il y a des évêques plus intelligents que moi, avec plus de talents et plus liés au passé de Philadelphie ».

« Mais je promets qu’aucun évêque ne cherchera plus que moi à aider les personnes qui ont subi des dommages pour les péchés du passé et ne travaillera plus que moi pour renforcer et encourager nos prêtres et pour renouveler le cœur de notre population », a-t-il ajouté.

L’Eglise à Philadelphie traverse une période de crise : en février dernier, les conclusions d’un rapport du grand jury ont établi la culpabilité de 37 prêtres accusés d’abus sexuels durant leur ministère. Le cardinal Rigali en a suspendu 24 et a chargé un chercheur indépendant d’évaluer les accusations.

Dans une interview accordée au vaticaniste John Allen, du National Catholic Reporter, Mgr Chaput a affirmé vouloir guider l’Eglise dans la même direction que saint François, « en retournant à l’Evangile, sans compromis, en toute circonstance et à tout moment ».

Il a évoqué l’importance « des enseignements et des traditions de l’Eglise, y compris des enseignements du Concile Vatican II, qui constitue l’expression la plus claire et la plus importante de la présence de l’Esprit Saint dans l’Eglise aujourd’hui ».

Le prélat a ensuite parlé de suivre la direction du pape et du « devoir » et de la « responsabilité » des évêques de « partager nos points de vue et nos expériences avec le Saint-Père pour qu’il puisse prendre des décisions importantes pour l’Eglise ».