Le pape présente l’évêque qui défié Hitler comme un exemple pour les catholiques

Béatification du card. Clemens August Graf von Galen

| 1231 clics

ROME, Dimanche 9 octobre 2005 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a présenté ce dimanche le cardinal Clemens August von Galen, l’évêque de Münster qui a défié le nazisme, et qui a été béatifié aujourd’hui, comme modèle pour les croyants.



Le pape a souligné dans son allocution avant la prière de l’Angélus, que le message du bienheureux : « la foi ne se réduit pas à un sentiment privé, éventuellement même à une chose que l’on doit cacher lorsqu’elle commence à déranger, mais elle implique la cohérence et le témoignage également dans le domaine public en faveur de l’homme, de la justice, de la vérité », est toujours actuel.

Juste avant la prière de l’Angélus, le cardinal José Saraiva Martins, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, avait présidé la célébration eucharistique au cours de laquelle a eu lieu la béatification, chargé par le pape Benoît XVI. Il a lu la Lettre apostolique par laquelle le pape a inscrit le serviteur de Dieu Clemens August von Galen (1878-1946) dans l’Album des bienheureux.

A la fin de la célébration à laquelle ont participé plusieurs milliers de pèlerins allemands, le pape s’est approché de l’autel de la confession pour vénérer les reliques du cardinal et rendre hommage à son « courage héroïque pour défendre les droits de Dieu, de l’Eglise et de l’homme, que le régime national-socialiste violait de manière grave et systématique, au nom d’une aberrante idéologie néo-païenne ».

« Aujourd’hui, a précisé le pape, sa béatification le re-propose comme modèle de foi profonde et intrépide ».

« Au nom de Dieu, il dénonça l’idéologie néo-païenne du national-socialisme, défendit la liberté de l’Eglise et les droits humains gravement violés, protégeant les juifs et les personnes plus faibles, que le régime considérait comme des rebuts à éliminer », a précisé le pape dans son allocution avant la prière de l’Angélus.

Benoît XVI a également évoqué « Les trois fameuses prédications que cet intrépide pasteur prononça en 1941 » et sa création comme cardinal par le pape Pie XII en 1946. « A peine un mois plus tard, il mourut, entouré de la vénération des fidèles, qui reconnurent en lui un modèle de courage chrétien », a ajouté le pape.

Au cours de son homélie, le cardinal Saraiva Martins a expliqué que c’est dans l’Eucharistie que le cardinal von Galen puisait la force de témoigner.

« Au bruit assourdissant de la musique martiale et aux phrases creuses des haut-parleurs venant des tribunes des orateurs, il a opposé la vénération de la sainte Eucharistie, l’adoration silencieuse et contemplative du Seigneur devenu pain », a expliqué le cardinal portugais.