Le pape rappelle la mission de la « Civiltà Cattolica » : proposer et défendre les vérités de la foi

Il reçoit les rédacteurs et souligne le « lien spécial » de la revue avec le Saint-Siège

| 423 clics

ROME, Vendredi 17 février 2006 (ZENIT.org) – La mission de la revue culturelle « Civiltà Cattolica » est de « participer au débat culturel contemporain » pour proposer les vérités de la foi chrétienne et les défendre sans esprit polémique.



C’est ce qu’a déclaré en substance le pape Benoît XVI dans son discours au collège des rédacteurs de la revue, qu’il a reçus ce vendredi en audience.

« Je connais et j’apprécie l’oeuvre que la Revue accomplit au service de l’Eglise depuis 1850 », a affirmé le pape.

Benoît XVI a rappelé que Pie IX avait institué la « Civiltà Cattolica » en la dotant d’un « statut particulier » qui établissait un « lien spécial avec le Saint-Siège », signe selon Benoît XVI d’une « confiance » de la part de ses prédécesseurs à l’égard de la revue. Cependant, a ajouté le pape, ceci est aussi un « appel à votre fidélité aux directives du Saint-Siège ».

La « Civiltà Cattolica » a été confiée à la congrégation des Jésuites. Le père Gianpaolo Salvini est directeur depuis 1985.

Benoît XVI a expliqué que « le Seigneur Jésus appelle aujourd’hui son Eglise à annoncer l’Evangile du salut avec un nouvel élan », ce qui suppose « la recherche de nouvelles approches à la situation historique dans laquelle vivent aujourd’hui les hommes et les femmes, pour leur présenter l’annonce de la Bonne Nouvelle sous des formes concrètes ».

Le pape a encouragé la « Civiltà Cattolica » à « lire correctement les ‘signes des temps’ », pour « être fidèle à sa nature et à sa tâche ».

Benoît XVI reconnaît que les catholiques « sont appelés à accomplir un effort important pour développer le dialogue avec la culture d’aujourd’hui et l’ouvrir aux valeurs éternelles de la Transcendance ».

Pour accomplir cet effort les croyants disposent « des instruments offerts par la foi et la raison : des instruments à première vue peu adéquats mais rendus efficaces par la puissance de Dieu qui suit des chemins loin du pouvoir et du succès », a poursuivi le pape.

Benoît XVI reconnaît que la culture d’aujourd’hui est plutôt « fermée à Dieu et à sa loi morale » mais il encourage à saisir les signes d’espérance, « fruit de l’action de l’Esprit dans l’histoire », tels que « la nouvelle sensibilité pour les valeurs religieuses », « l’attention renouvelée pour les Saintes Ecritures », « le respect des droits humains », « la volonté de dialogue avec les autres religions ».

« La foi en Jésus peut aider de nombreuses personnes à saisir le sens de la vie » a affirmé le pape, « en leur offrant ces points de référence souvent inexistants dans un monde aux rythmes particulièrement frénétiques, et désorienté ».

Benoît XVI a expliqué que la mission d’une revue culturelle comme la « Civiltà Cattolica » est de « participer au débat culturel contemporain », à la fois pour « proposer » les vérités de la foi chrétienne « de façon claire et dans la fidélité au Magistère de l’Eglise », et pour « défendre sans esprit polémique la vérité parfois déformée notamment à travers des accusations privées de fondement à la communauté ecclésiale ».

Le pape a proposé aux rédacteurs et aux collaborateurs de la « Civiltà Cattolica » de se laisser conduire par le « phare » du Concile Vatican II et les a invités à s’engager de manière particulière à diffuser la doctrine sociale de l’Eglise.