Le pape reçoit le premier ministre du Timor Oriental

José Ramos Horta voit dans l’Eglise une force de réconciliation

| 921 clics

ROME, Vendredi 27 octobre 2006 (ZENIT.org) – José Ramos Horta, premier ministre du Timor Oriental et prix Nobel de la paix 1996, a été reçu en audience ce vendredi par Benoît XVI.



Avant d’entreprendre son voyage en Europe, le premier ministre avait annoncé son intention d’inviter le pape à se rendre à Dili, la visite de Benoît XVI pouvant représenter selon lui, un signe de paix, d’espérance et de réconciliation pour le pays. La salle de presse du Saint-Siège a confirmé l’audience mais n’a pas fourni de détails sur la rencontre.

Selon l’agence Fides, José Ramos Horta avait déclaré avant sa rencontre avec Benoît XVI que l’Eglise catholique est « la seule institution solide qui a absorbé le tissu culturel de l’île ». L’Eglise possède un rôle décisif pour surmonter la crise actuelle dans le pays.

La situation au Timor Oriental a dégénéré au printemps 2006, suite à la décision du premier ministre de l’époque, Mari Alkatiri, d’expulser 600 membres de l’armée. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été déplacées en raison des affrontements.

Ces derniers jours, de nouveaux actes de violence ont été perpétrés dans le pays. Ils sont dus, selon le premier ministre, à des « bandes de criminels ». D’autres sources affirment qu’il s’agit d’affrontements entre groupes venant de l’est et de l’ouest du pays.

Ramos Horta a été nommé premier ministre en juillet dernier après la démission du musulman Alkatiri.

L’indépendance du Timor Oriental, ancienne colonie portugaise occupée par l’Indonésie, a été reconnue par la communauté internationale en mai 2002. Il s’agit de l’un des pays les plus pauvres d’Asie et de la deuxième nation asiatique, après les Philippines, possédant une population à majorité catholique (90%). Le pays compte environ un million d’habitants.