Le pape reconnaît quatre nouveaux miracles

Le P. Lataste, dominicain français, bientôt bienheureux

| 2492 clics

ROME, Lundi 27 juin 2011 (ZENIT.org) – Le Vatican a reconnu quatre nouveaux miracles dus à l’intercession d’une mère de famille allemande, d’une religieuse mexicaine et de deux prêtres, un italien et un dominicain français : cela ouvre la voie à leur prochaine béatification.

Benoît XVI a reçu ce matin en audience au Vatican le cardinal Angelo Amato, SDB, préfet du dicastère pour les causes des saints.

Le pape a autorisé la promulgation de 4 décrets concernant ces guérisons exceptionnelles dues à l’intercession des servantes et serviteurs de Dieu suivants :

- Hildegarde Burjan, mère de famille allemande (1883 - 1933), fondatrice des sœurs de la charité sociale ;

- María Inés Teresa du Saint-Sacrement (dans le siècle : Manuela Arias Espinosa), religieuse mexicaine (1904 - 1981), fondatrice des clarisses missionnaires du Saint-Sacrement et des missionnaires du Christ pour l'Église universelle ;

- Mariano Arciero, prêtre italien (1707 - 1788) ;

- Jean-Joseph Lataste, prêtre dominicain français (1832 - 1869), fondateur des Dominicaines de Béthanie.

Les dominicaines résument ainsi sa vie:le Père Lataste est né à Cadillac sur Garonne (Gironde), le 5 septembre 1832. Très jeune, il se sent appelé au sacerdoce. Après beaucoup d’hésitations, et un combat profond, il entre en 1857 dans l’ordre dominicain.

En 1864, il est envoyé prêcher une retraite aux détenues de la prison de Cadillac où il découvrit en elles les merveilleux effets de la grâce, et, chez certaines, un réel appel à se donner à Dieu dans une vie consacrée. C’est dans cette prison, devant l’Eucharistie, qu’il reçut l’inspiration de fonder une nouvelle famille religieuse, où toutes les sœurs, quel que soit leur passé, seraient unies dans un même amour et une même consécration, témoignant par là que pour se donner à nous, « Dieu ne regarde pas ce que nous avons été, mais ce que nous sommes », disait le P. Lataste.

Deux ans plus tard il ouvrait la première communauté des dominicaines de Béthanie, sous le patronage de Sainte Marie-Madeleine.

« Quel que soit votre passé ne vous considérez plus comme des prisonnières, mais comme des âmes vouées à Dieu, vous aussi, à la suite des âmes religieuse », disait encore le P. Lataste.

Deux ans après cette fondation, le P. Lataste tombe malade et meurt le 10 mars 1869. Sur sa tombe il est écrit : « Parvenu à la perfection en peu de temps, il a connu la plénitude des longues vies ». Il avait offert sa vie pour que saint Joseph soit déclaré le saint patron de l'Église universelle.

Anita S. Bourdin