Le pape rencontre les chefs religieux de Corée

"Marcher ensemble, tels des frères"

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 481 clics

Au dernier jour de son voyage apostolique en Corée du Sud, ce 18 août 2014, le pape François a rencontré les responsables religieux du pays, avec lesquels il s'est réjoui de « marcher ensemble en présence de Dieu », tels « des frères ».

Le pape François a quitté la nonciature – où il était logé durant son séjour – ce matin à 8h50 (1h50 à Rome), pour rejoindre la cathédrale de Myeong-dong, à Séoul, où il a rencontré une douzaine de responsables religieux au palais de l'ancienne Curie de l'archidiocèse.

Tandis que de nombreux Coréens s’étaient rassemblés dans la cathédrale pour réciter le chapelet en attendant la messe pour la paix et la réconciliation, le pape François a salué personnellement chacun des présents. Il était accompagné par Mgr Hyginus Kim Hee-joong, président du Comité de la conférence épiscopale pour la promotion de l'unité des chrétiens et du dialogue interreligieux.

Debout devant une peinture représentant les martyrs de Corée, le pape s’est entretenu notamment avec l'évêque Paul Kim Geun-sang, primat de l’Église anglicane de Corée, le Rev. Kim Chul-hwan, président de l’Église luthérienne de Corée (LCK) et le Rev. Kim Dong-yup, chef des Églises presbytériennes du pays (PCK).

L’archevêque métropolitain de l’Église orthodoxe, Ambrose-Aristotle Zographos, l'a embrassé et serré dans ses bras, avant de lui offrir une croix byzantine. C’est avec cette croix que le pape, visiblement touché par ce présent, a donné la bénédiction finale à l’issue de la messe qui a suivi, en la cathédrale.

Parmi les autres participants à la rencontre, selon le site Internet officiel du voyage du pape : M. Park Jong-deok, Commandant de l'Armée du salut sur le territoire de la Corée, M. Jaseung, président de l'Ordre Jogye du bouddhisme coréen, M. Namgung Seong, directeur du bouddhisme won, M. Seo Jung-ki, président de l'Association Sung Kyun Kwan du confucianisme, M. Park Nam-soo, leader du cheondogyo, M. Han Yang-won, président de l'Association pour les religions coréennes autochtones et M. Kim Young-Ju, secrétaire général du Conseil national des Églises de Corée (NCCK).

Avant de prendre congé, le pape leur a adressé quelques mots improvisés en espagnol, traduits par son interprète le P. John Chong Che-chon, sj : « Je voudrais vous remercier pour la gentillesse et l'affection dont vous avez fait preuve en venant ici me rencontrer. La vie est un chemin, un long chemin, mais que l’on ne peut pas parcourir seuls. Nous devons marcher avec des frères en présence de Dieu. Pour ceci je vous remercie pour vos gestes qui expriment notre marche ensemble en présence de Dieu. C’est ce que Dieu a demandé à Abraham. Nous sommes frères en Dieu, nous nous reconnaissons comme frères, nous marchons ensemble. Que le Seigneur nous bénisse ! Et s'il-vous-plaît, je vous demande de prier pour moi. Merci ! »

En 2005, près de la moitié de la population de Corée du sud affirmait n’avoir aucune préférence religieuse. D’après un recensement de 2007, 29,2% de la population de l’époque était chrétienne (18,3% de protestants et 10,9% de catholiques). Les bouddhistes étaient 22,8%. Selon les statistiques de la Secrétairerie d’État, au 31 décembre 2013, les catholiques étaient 10,7%.

Parmi les religions, on compte aussi divers nouveaux mouvements religieux comme le jeungsando, le cheondoïsme et le bouddhisme won. La religion la plus ancienne est le chamanisme coréen. Aujourd’hui, la liberté de religion est garantie par la Constitution.

Avec une traduction de Constance Roques