Le pape se dit «  confiant pour l’avenir du christianisme en Allemagne »

Des journées « riches » et « émouvantes » : Benoît XVI fait un premier bilan

| 1827 clics

ROME, Dimanche 25 septembre 2011 (ZENIT.org)– Benoît XVI se dit «  confiant pour l’avenir du christianisme en Allemagne ».

Au terme de son voyage officiel de quatre jours dans sa patrie – le 3e depuis son élection – le pape a évoqué des journées « riches et émouvantes » et l’accueil « chaleureux » qui lui a été réservé.

Au moment de quitter le pays, depuis l’aéroport de Lahr, le pape a dressé un premier bilan « à chaud » de chacune des étapes de cette visite.

L’accueil chaleureux de Berlin

Le pape a remercié les autorités civiles et religieuses pour « ces jours si émouvants et riches d’événements », passés dans son « pays natal ».

De Berlin, le pape mentionne l’occasion qui lui a été donnée de s’adresser aux parlementaires du Bundestag et « de leur exposer des réflexions sur les fondements intellectuels de l’État ».

Il évoque aussi les « fructueux entretiens » avec le président fédéral et la chancelière « sur la situation actuelle du peuple allemand et de la communauté internationale ».

«  J’ai été particulièrement touché par l’accueil chaleureux et l’enthousiasme d’autant de personnes à Berlin », confie le pape.

Un des points principaux du voyage 

« Dans le pays de la Réforme, l’œcuménisme a constitué naturellement un des points principaux du voyage », ajoute le pape qui mentionne sa rencontre avec les représentants de l’Église Évangélique en Allemagne dans l’ancien couvent augustinien d’Erfurt. Il évoque « les échanges fraternels et la prière commune ».

Il mentionne aussi « la rencontre avec les chrétiens orthodoxes et les orthodoxes orientaux et et les deux rencontres interreligieuses « avec les juifs et les musulmans ».

La joie des célébrations

A propos de sa rencontre avec les catholiques, le pape cite toutes les étapes : Berlin, Erfurt, dans l’Eichsfeld et Fribourg. Le pape évoque les célébrations, et la « joie » des rencontres, de « l’écoute commune de la Parole de Dieu » et de « l’union dans la prière » surtout, souligne-t-il, « dans les parties du pays où, durant des décennies, il y a eu des tentatives d’éliminer la religion de la vie des personnes ».

« Cela me rend confiant pour l’avenir du christianisme en Allemagne. Comme déjà durant les visites précédentes, il a été possible d’expérimenter combien de personnes témoignent ici de leur foi, et rendent présente sa force transformante dans le monde d’aujourd’hui », a fait observer le pape.

« Après l’impressionnante Journée Mondiale de la Jeunesse à Madrid, j’ai été très heureux d’être à Fribourg de nouveau avec tant de jeunes à la veillée de la jeunesse d’hier », a ajouté le pape.

Là où Dieu est présent, là est l’espérance

Et voici son message pour l’Eglise catholique en Allemagne : Elle doit « continuer avec détermination et confiance le chemin de la foi qui fait revenir les personnes aux racines, au noyau essentiel de la Bonne Nouvelle du Christ ».

Le pape semble prophétiser une Nouvelle évangélisation : « Il y aura de petites communautés de croyants –et elles existent déjà- qui, avec leur propre enthousiasme répandront des rayons de lumière dans la société pluraliste, rendant d’autres curieux de chercher la lumière qui donne la vie en abondance. »

« Là où Dieu est présent, là est l’espérance et là s’ouvrent de perspectives nouvelles et souvent inattendues qui dépassent l’aujourd’hui et les choses éphémères », a ajouté le pape, commentant implicitement le thème de son voyage : il a souhaité à tous « un bel avenir (…) dans la paix et la liberté ».

Anita S. Bourdin