Le pape souhaite que l’Europe sache « se nourrir à ses racines chrétiennes »

Catéchèse sur sainte Brigitte de Suède

| 1922 clics

ROME, Mercredi 27 octobre 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI souhaite que « l'Europe sache toujours se nourrir à ses racines chrétiennes » et dit son espérance de « l'unité des chrétiens ».

Benoît XVI a consacré sa catéchèse, ce mercredi 27 octobre, à la vie et à l'enseignement de sainte Brigitte de Suède, l'une des saintes patronnes de l'Europe.

Le pape a souhaité que sainte Brigitte, « co-patronne de l'Europe, témoin de l'influence du christianisme dans la vie des peuples de ce continent, intercède pour que l'Europe sache toujours s'alimenter à ses racines chrétiennes ! »

« La sainteté de Brigitte, caractérisée par la multiplicité des dons et des expériences que j'ai voulu rappeler dans ce bref portrait biographique et spirituel, fait d'elle une éminente figure dans l'histoire de l'Europe », a insisté le pape.

Benoît XVI a souligné les raisons de sa proclamation par Jean-Paul II comme co-patronne du continent européen : « Originaire de Scandinavie, sainte Brigitte témoigne de la manière dont le christianisme a profondément imprégné la vie de tous les peuples de ce continent. En la déclarant co-patronne de l'Europe, le Pape Jean-Paul II a souhaité que sainte Brigitte - qui vécut au XIVe siècle, lorsque la chrétienté occidentale n'était pas encore frappée par la division - puisse intercéder efficacement auprès de Dieu, pour obtenir la grâce tant attendue de la pleine unité de tous les chrétiens ».

« Chers frères et sœurs, nous voulons prier à cette même intention, qui nous tient beaucoup à cœur, et pour que l'Europe sache toujours se nourrir à ses racines chrétiennes, tout en invoquant la puissante intercession de sainte Brigitte de Suède, fidèle disciple de Dieu et co-patronne de l'Europe », a insisté le pape.

Le pape a rappelé, en français, que « sainte Brigitte est née en 1303 en Suède, nation qui, trois siècles auparavant, avait accueilli la foi chrétienne. » Benoît XVI précise qu'elle « reçut de ses parents cet héritage spirituel et le transmit à son tour ».

Benoît XVI insiste sur la façon dont sainte Brigitte a vécu le mariage chrétien : « Comme épouse, avec délicatesse et douceur, Brigitte aida son mari à progresser dans la vie chrétienne. Comme mère, elle éduqua ses enfants avec sagesse et pédagogie. Sa famille devint ainsi une vraie 'Eglise domestique', nous enseignant par là que la 'spiritualité conjugale' est un cheminement solidaire vers la sainteté ».

Puis cette grande sainte vécut une union à Dieu de plus en plus profonde : « Devenue veuve, Brigitte distribua ses biens aux pauvres, et s'établit dans un monastère cistercien. Là, elle reçut de nombreuses révélations. Elle contempla spécialement la Passion du Christ, expression de l'amour infini de Dieu, et la maternité douloureuse de Marie, Médiatrice et Mère de miséricorde ».

Les dernières années de sa vie se déroulèrent à Rome, au service de l'Evangile : « Abandonnant la Suède, Brigitte s'établit à Rome où elle désirait obtenir du Pape l'approbation de la Règle d'un Ordre religieux composé de moines et de moniales. Elle consacra les dernières années de sa vie à l'apostolat et à la prière ».

Anita S. Bourdin