Le pape souhaite que la catastrophe en Asie du Sud-Est suscite un avenir de plus grande générosité

Message du pape à Mgr Cordes, son envoyé spécial en Indonésie et au Sri Lanka

| 878 clics

CITE DU VATICAN, lundi 31 janvier 2005 (ZENIT.org) – Le pape Jean-Paul II a remis un message à Mgr Paul Josef Cordes, son envoyé spécial dans le Sud-Est asiatique, lui demandant de transmettre l’assurance de sa « sollicitude » et de ses « prières » aux populations frappées par le raz-de-marée, et de continuer à promouvoir la solidarité.



L’archevêque Paul Josef Cordes, président du Conseil pontifical « Cor Unum » a quitté Rome samedi pour l’Indonésie où le raz-de-marée du 26 décembre dernier a fait plus de 200.000 morts, selon des prévisions encore partielles.

Mgr Cordes s’est rendu dans l’une des villes les plus touchés, Banda Aceh où il a présidé hier dimanche une messe pour les défunts.

Au programme de sa visite figurent : la rencontre avec le président de l’Indonésie, Susilo Bambang Yudhoyono, une réunion de coordination avec les organisations d’aide catholiques, une réunion avec des responsables religieux pour relancer l’engagement commun en faveur de la reconstruction.

L’archevêque allemand se rendra ensuite au Sri Lanka (du 2 au 4 février) pour y rencontrer les autorités civiles, des évêques, des responsables religieux, des personnes engagées dans les secours, des catholiques, des personnes sinistrées.

Dans sa lettre à Mgr Cordes, le pape constate que la catastrophe en Asie du Sud-Est « a suscité une remarquable compassion à travers le monde ainsi qu’une mobilisation massive d’aide humanitaire ».

« Alors que vous vous apprêtez à partir pour une visite dans cette région, je voudrais vous demander de transmettre l’assurance de ma sollicitude et de ma prière à toutes les personnes touchées par la tragédie et ses conséquences », écrit le pape.

« J’encourage les croyants des différentes religions à travailler ensemble pour offrir le réconfort et l’assistance aux personnes dans le besoin, poursuit le pape. Puisse cette catastrophe susciter, par la grâce de Dieu, un avenir de plus grande générosité, de coopération et d’unité au service du bien commun de la part des personnes, des peuples et des nations ».

Le pape espère de tout cœur que « la communauté chrétienne sera amenée à expérimenter une plus grande confiance dans la mystérieuse providence de Dieu et une union de plus en plus forte avec le Seigneur Jésus dans le mystère de sa souffrance et de sa résurrection ».