Le pape, une grande espérance pour l'Orient

Par le card. Béchara Raï

Rome, (Zenit.org) | 972 clics

« Voilà, ça ne peut être que lui », s’est dit le cardinal libanais Bechara Boutros Raï lorsque le pape François a été élu, le 13 mars 2013. Une élection qui représente « une grand espérance pour notre peuple en Orient », estime-t-il.

Le cardinal patriarche d’Antioche des maronites a vécu les 12 et 13 mars son premier conclave – il a été créé cardinal par Benoît XVI le 24 décembre dernier. Il confie ses impressions au micro de Radio Vatican.

« Ça ne peut être que lui »

Le discernement, explique-t-il, s’est joué « dans la prière, dans la consultation, dans le suffrage » : « nous sommes arrivés à la personne voulue, selon notre foi, par le Seigneur même ».

Il raconte qu’au début des congrégations générales – le « préconclave » – un cardinal avait pris la parole en disant « écoutez mes chers confrères ; le Saint Esprit a déjà élu le candidat. Il est parmi nous. Nous, nous devons le trouver ».

Vraiment, estime le cardinal Raï, « nous avons vécu cette expérience… je me demandais « pourquoi lui ? Pourquoi pas un autre ? », car beaucoup de cardinaux étaient magnifiques, de grandes personnalités, et ils ont eu quelques voix aussi. Mais une fois élu, je me suis dit : « voilà, ça ne peut être que lui ».

Le cardinal, qui a lui-même étudié chez les jésuites, ajoute qu’il « aime les jésuites », et les « respecte ».

Et même si le pape vient d’Argentine, « dans l’Eglise, il n’y a plus de distance », fait-il observer : « Argentine, Liban, Hongkong Italie, Alaska… nous sommes le corps du Christ ». Le pape François « est proche de chacun de nous et il sait être proche de chacun : dès sa première apparition, il s’est fait proche de tout le monde ».

Une grand espérance pour l’Orient

Le cardinal Raï fait part de la réaction des orientaux : « une joie énorme a rempli les cœurs partout dans le monde, nous avons reçu tant de messages de l’Orient, des chrétiens et des musulmans. Nos gens respectent beaucoup la personne du pape, quelle qu’elle soit, et vénèrent beaucoup la personne du pape. »

Cette élection, poursuit-il, « a donné une grand espérance pour notre peuple en Orient », un peuple qui « regarde toujours vers le Saint-Siège pour implorer la paix, demander la justice, pour que les guerres se terminent ».

Aujourd’hui, « nous vivons une période très critique au Moyen-Orient, et nous regardons toujours vers le Saint-Siège », souligne le cardinal qui précise qu’il exprimera « toutes ces attentes » au nouveau pape.

En outre, le cardinal se réjouit : le pape François « connaît de près notre communauté libanaise et maronite en Argentine. Quand je l’ai salué le premier jour, le pape m’a parlé de certains détails : ça fait plaisir, il connaît notre communauté, nos problèmes aussi. Cela me donne beaucoup d’espoir que ce pape pourra faire beaucoup. »