Le pape veut "réveiller l'Eglise pour la mission"

Le card. Ouellet évoque la première année du pontificat

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 669 clics

Le pape François veut "réveiller l’Eglise pour la mission", estime le cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques et président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine (CAL).

Le cardinal Ouellet est intervenu lors de la rencontre « Hommage et engagement en ce premier anniversaire du pontificat du pape François », organisée par la CAL, le mardi 18 mars, au Vatican. Il a notamment souligné trois priorités qui émergent de l’action pastorale du pape : les pauvres, la famille et les jeunes.

« Toutes les surprises » que le pape François « a réservées au cours de sa première année de pontificat » avaient pour but de « réveiller toute l’Église pour la mission », a estimé le cardinal, dans des propos rapportés par l’agence Sir de la Conférence épiscopale italienne.  

Sa prédication de la miséricorde et de la compassion, ses gestes d’accueil et de tendresse, les appels à la réconciliation et à la paix « sont une grâce puissante de conversion missionnaire à notre époque de mondialisation de l’indifférence », a-t-il ajouté.

Le cardinal a fait observer que l’évêque de Rome « reste proche de ses brebis romaines ». Mais il a aussi « consacré une grande partie de ses énergies » à la Curie romaine, pour une réforme qui « ne manque pas d’audace ni de courage ».

Le cardinal a mis en lumière trois priorités du pontificat – les pauvres, la famille et les jeunes – en précisant que la famille était « en tête de la liste des priorités en termes de recherche, de dialogue et d’orientations pastorales » afin de répondre à « une situation de plus en plus précaire dans le monde d’aujourd’hui ».

La « grande consultation » en cours – pour les deux prochains synodes – suscite des attentes, « peut-être avec le risque de quelque désillusion », mais « l’enjeu en vaut la peine » car il faut une « réponse sur le long terme aux défis actuels de l’évangélisation », a-t-il souligné.

Le cardinal canadien s’est dit « confiant » quant au discernement du pape sur les moyens adéquats pour relancer la pastorale de la famille « fondée sur le sacrement du mariage ».

Deuxième priorité : les jeunes, auxquels le pape témoigne que Jésus est « une personne réelle avec laquelle on peut vivre une amitié qui change la vie ». Troisième priorité : l’attention du pape François pour les pauvres, une attention qui « étonne et qui en même temps inquiète certains milieux qui l’ont accusé de marxisme », a-t-il constaté.  

Le cardinal a conclu en évoquant l’ecclésiologie du pape à partir de l’exhortation apostolique Evangelii gaudium : « le pape François conjugue deux visions apparemment opposées, mais en fait, complémentaires ». D’un côté, « l’idée conciliaire du peuple de Dieu…, un peuple en chemin dans l’histoire poussé par l’Esprit-Saint » ; de l’autre, « l’image paradoxale de notre sainte Mère l’Église, hiérarchique et mariale, qui différentie et personnalise les membres de ce peuple de Dieu, sans établir entre eux de différence en dignité ».

Une ecclésiologie à la fois « eucharistique et mariale », qui engage à servir « dans un esprit d’humilité, de miséricorde et de compassion » et qui pousse à la mission.

Avec Hélène Ginabat pour la traduction