Le Pardon de saint Yves, à Rome

Programme de restauration des églises françaises de Rome

Rome, (Zenit.org) | 1053 clics

Cinq cents ans après la création de la Confrérie des Bretons de Rome, l’église de Saint-Yves des-Bretons située Vicolo della Campana rouvre à l’occasion du Grand Pardon, demain, samedi 18 mai 2013 à 16h30.

Saint Yves Hélory de Kermartin - ou de Tréguier -, prêtre, juge, avocat, saint patron de la Bretagne, des juristes, des avocats (v.1250-1303), est habituellement fêté le 19 mai, qui coïncide cette année avec la solennité de la Pentecôte.

Après deux ans de restauration l’église de Saint-Yves-des-Bretons de Rome va rouvrir.

Au milieu du XVème siècle le Cardinal Alain de COETIVY, évêque de Quimper, obtint du pape Nicolas V la concession d’une église en faveur de la communauté des Bretons vivants à Rome.

Au flanc de l’église, la communauté bâtit alors un hôpital et un hospice pour y accueillir les pèlerins bretons.

L’église prit alors le nom de Saint Yves ”défenseur de la veuve et des déshérités”.
Il y a de cela 500 ans, en 1513 Anne de Bretagne et l’évêque de Rennes et de Nantes Robert Guibé, deviennent ses protecteurs attitrés et le Pape Léon X institue canoniquement La Confraternité des Bretons de Rome.

Avec le temps, celle-ci va hériter d’immeubles et sera en mesure de mieux accueillir les pèlerins. Autour de l’église se crée ainsi une petite “colonie” comme le feront d’ailleurs les Français, les Portugais, les Espagnols dont les églises nationales sont proches de celle des Bretons.

En 1875, sous prétexte de vétusté, l’ensemble des biens appartenant à la Confrérie est démoli. A la place seront construits deux immeubles de rapport et l'église actuelle, plus petite que la précédente. Quelques colonnes et chapiteaux antiques provenant de l’ancienne église vont être intégrés dans la nouvelle construction mais la majeure partie des éléments lapidaires, des pierres tombales, des tableaux et du mobilier va être dispersée, une bonne partie allant à Saint-Louis des Français.

En 2011, les Pieux établissements de la France à Rome et à Lorette, propriétaire, des 5 églises françaises de Rome, ont entrepris de restaurer l’église du sol au plafond.
L’occasion a été saisie pour faire revenir certains éléments dont un bénitier en marbre datant de 1513 offert par un certain Jean Daniel, chanoine de Vannes. Par ailleurs, reprenant une antique tradition, le blason de la Bretagne a été replacé sur la façade, en regard de celui de la République française.

Les habitants du quartier se sont réjouis de voir l’église rouverte après des années de fermeture. Ils ont admiré en particulier la luminosité de l’intérieur et l’harmonie retrouvée des décors.

La fin des travaux coïncidera avec le pardon de Saint-Yves. Les cérémonies seront présidées par Mgr Lucien Fruchaud, évêque émérite de St Brieuc et Tréguier, assisté de Mgr François Bousquet, Recteur de Saint-Louis des Français, et du Père Guillaume Le Floc’h, recteur de Saint-Yves, en présence de M. Marc Le Fur, Député des Côtes d'Armor, Vice-Président de l’Assemblée nationale, de M. Bruno Joubert, Ambassadeur de France près le Saint-Siège, et de M. Frédéric Neraud, Directeur Général de la Fondation du Patrimoine.

Les travaux ont été financés dans le cadre de la convention entre les Pieux Etablissements et le Ministère français de la Culture et de la Communication prévoyant un programme de restauration des églises françaises de Rome. Le Conseil Régional de Bretagne, la Fondation du Patrimoine ainsi qu'un généreux donateur anonyme ont apporté une importante contribution à la prise en charge du coût des travaux.

Il faut espérer que les Bretons de passage à Rome, pèlerins ou non, auront plaisir à venir désormais se retrouver dans un lieu aussi chargé d’histoire.