Le plus important dans la vie, c´est écouter Dieu, affirme Benoît XVI

Angélus à Castel Gandolfo

| 2539 clics

 

ROME, Dimanche 18 juillet 2010 (ZENIT.org) - Le pape Benoît XVI a affirmé ce dimanche que le temps des vacances est un temps propice pour faire ce qui est en réalité le plus important dans la vie : écouter la Parole de Dieu. La personne humaine doit certes travailler mais elle a avant tout besoin de Dieu qui donne un sens à sa vie quotidienne.

C'est depuis le balcon de la cour intérieure du palais apostolique de Castel Gandolfo que le pape a récité ce dimanche la prière de l'Angélus, en présence des pèlerins rassemblés dans la cour.

Le pape a expliqué que dans l'hémisphère nord, c'est actuellement l'été, une période de vacances pour beaucoup.

« Les activités pastorales dans les paroisses sont également réduites et j'ai moi-même suspendu les audiences pendant quelque temps », a-t-il souligné.

« C'est donc le moment favorable pour donner la première place à ce qui est effectivement le plus important dans la vie : l'écoute de la Parole du Seigneur », a-t-il affirmé, en soulignant que c'est ce que nous rappelle aussi l'Evangile de ce dimanche, « le célèbre épisode de la visite de Jésus chez Marthe et Marie ».

« Une fois que Jésus s'est installé, Marie s'assoit à ses pieds et se met à l'écouter, tandis que Marthe est entièrement prise par les nombreux services, certainement dus à l'Hôte exceptionnel », a commenté le pape qui imagine ainsi la scène : « une soeur qui s'agite affairée et l'autre comme transportée par la présence du Maître et par ses paroles ».

« Au bout d'un moment, de toute évidence irritée, Marthe ne tient plus et proteste, en se sentant également le droit de critiquer Jésus : 'Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m'aider' », a ajouté le pape.

Benoît XVI a expliqué que Jésus répond « très calmement » et avec « affection » à Marthe en rappelant que « Marie a choisi la meilleure part » et que celle-ci « ne lui sera pas enlevée ».

Dans les paroles du Christ, « il n'y a aucun mépris pour la vie active, et encore moins pour l'hospitalité généreuse », a assuré le pape, « mais il y a un rappel clair du fait que la seule chose vraiment nécessaire est une autre : écouter la Parole du Seigneur ; et le Seigneur en ce moment est là, présent dans la Personne de Jésus ! »

« Tout le reste passera et nous sera enlevé, mais la Parole de Dieu est éternelle et donne un sens à nos actions quotidiennes », a-t-il ajouté.

Le pape a souligné que cet Evangile nous rappelle « que la personne humaine doit certes travailler, s'engager dans les occupations domestiques et professionnelles, mais qu'elle a avant tout besoin de Dieu qui est lumière intérieure d'Amour et de Vérité ».

« Sans amour, même les activités les plus importantes perdent de leur valeur et ne procurent pas de joie. Sans une signification profonde, toute notre action se réduit à de l'activisme stérile et désordonné », a-t-il affirmé.

« Et qui nous donne l'Amour et la Vérité, sinon Jésus Christ ? » s'est-il interrogé.

Saluant les pèlerins de langue allemande, le pape a insisté sur l'importance d'accueillir Dieu.

« Celui qui accueille Dieu comme un hôte, qui le laisse entrer dans sa vie, sera largement récompensé, a-t-il souligné. C'est l'expérience que fait Abraham dont nous entendons parler dans la première lecture de ce dimanche, et ce que font Marthe et Marie dans l'Evangile de ce jour. Le Seigneur viendra également chez nous, pour nous offrir sa Parole de vie, sa présence et son amitié. Ne nous fermons pas à cette offre de l'amour de Dieu mais laissons-nous transformer par elle pour collaborer à son royaume de paix et de justice pour le monde entier ».

Gisèle Plantec