Le président Bush recevra le cardinal Laghi mercredi 5 mars

| 229 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 4 mars 2003 (ZENIT.org) – Le président des Etats-Unis, George W. Bush recevra le cardinal Pio Laghi, demain mercredi 5 mars, indique aujourd'hui un communiqué de la Maison Blanche.



"Le président espère accueillir et recevoir l'envoyé du pape demain", a déclaré le porte parole présidentiel, M. Ari Fleischer.

Dans l'attente de cette rencontre, une conseillère du président a rencontré des cardinaux des Etats-Unis et le représentant au Saint-Siège à l'ONU affirme qu'il n'y a aucune "fermeture" de la part de l'administration Bush par rapport aux positions du Saint-Siège.

Le cardinal Pio Laghi, envoyé spécial de Jean-Paul II à Washington est porteur d'une lettre du pape pour le président. Agé de 80 ans, il a été une cheville ouvrière de l'établissement de relations diplomatiques entre le Vatican et Washington, et il est devenu le premier nonce aux Etats Unis. C'est un ami personnel de M. G. Bush père.

Il sera reçu à la Maison Blanche le jour où les catholiques du monde entier sont appelés par Jean-Paul II à prier et jeûner pour une issue pacifique des tensions actuelles.

Pour sa part, la conseillère du président Bush pour la Sécurité nationale, Mme Condoleeza Rice, a rencontré lundi des représentants de l'Eglise catholique aux Etats-Unis, dont les cardinaux Theodore McCarrick, archevêque de Washington, Edward Egan, de New York, Anthony Bevilacqua de Philadelphie et William Keeler de Baltimore.

Et le nonce apostolique à l'ONU, Mgr Celestino Migliore, a déclaré que "les Etats-Unis ne sont pas fermés aux positions du Saint-Siège qui cherche à construire la paix".

Il expliquait hier, dans les colonnes du quotidien italien "La Stampa", que le cardinal Pio Laghi exposera "la grande préoccupation du pape pour le risque inhérent à une solution par la force de la crise qui a lieu en Iraq".

L'envoyé du pape a également mission de "connaître de la Maison Blanche, directement et en détail, quelle est sa position". "Le contact immédiat, précise-t-il, aide à mieux comprendre ce que l'on sait déjà".

Mgr Migliore précise que la position du saint-Siège n'est pas du "pacifisme". Mais le Saint-Siège veut agir en "artisan de paix". "Les problèmes existent et il faut les résoudre, dit-il, mais pas en recourant à la guerre".

Le nonce apostolique critique les manipulations médiatiques des déclarations du porte parole de la présidence américaine, Ari Fleisher, à propos de Jean-Paul II.

"A Washington, personne n'a voulu dire que le président Bush n'écoute pas la voix du pape, précise Mgr Migliore. Bush l'écoute, comme il en écoute beaucoup d'autres et dans le contexte d'une expression démocratique, cette voix a son impact".