Le prochain Meeting de Rimini, sous le signe du dialogue

Une exposition sur le prof. Lejeune

| 1083 clics

Luca Marcolivio

Traduction d’Océane Le Gall

ROME, jeudi 17 mai 2012 (ZENIT.org) –  Dialogue entre les cultures, dialogue entre les religions, dialogue entre science et foi : le dialogue est au programme de la prochaine édition du Meeting de Rimini, organisé par le mouvement catholique italien Communion et Libération, du 19 au 25 août prochain sur le thème : « La nature de l’homme et ses rapports avec l’infini ». On note en particulier une exposition sur le prof. Jérôme Lejeune.

La 33èmeédition de ce rassemblement mondial, qui vise à favoriser les relations entre les peuples,

a été présenté en avant-première à Moscou, en Russie, le 4 mai dernier, en présence du prêtre orthodoxe Gerogghij Orekhanov, sous-directeur pour les Relations internationales à l’université orthodoxe San Tikhon de Moscou, et par Tatiana Kasatkina, spécialisée en théorie et histoire de la littérature russe et étrangère à l’université pédagogique de la capitale.

A l’occasion de la clôture l’enquête diocésaine en vue du procès de béatification de Jérôme Lejeune, le Meeting accueillera l’exposition Qu’est-ce que l’homme pour que tu t’en souviennes? Génétique et nature humaine dans le regard de Jérôme Lejeune, consacrée au fondateur de la génétique clinique, fervent catholique, qui eut à cœur la personne humaine dans son intégralité, avant même les maladies.

Les étudiants de l’université orthodoxe de San Tikhon ou provenant d’autres universités russes et italiennes ont assisté à cette avant-première, ces derniers étant eux-mêmes chargés de monter une des expositions prévues à Rimini. Le thème de cette exposition sera : «  Il est le Christ qui vit en toi. Dostoïevski. L’image du monde et de l’homme: l’icône et le tableau ».

En suivant la méthode créative de Dostoïevski, seront exposées des icônes orthodoxes et des images sacrées du catholicisme, sur le fond d’une unique culture chrétienne. L'exposition reconnaît dans l’art un espace où l’histoire évangélique est toujours actuelle, que l’homme contemporain peut franchir pour accomplir tout ce qui, dans l’histoire des évangiles, lui a été proposé mais qui n’a pas été réalisé.

Mais Dostoïevski  aura aussi sa place dans la section « Spectacles » du Meeting, et une place qui n’est pas secondaire : les 20 et 21 août, le Théâtre Ermete de Rimini, accueillera une représentation de  son œuvre Crime et châtiment, qu’interprèteront des étudiants de l’école supérieure « La Traccia » de Bergame, sous la direction de Roberto Rossi.  Ce spectacle est en tournée depuis deux ans et il a été joué en Russie l’année dernière.

Le Meeting de Rimini 2012 reprendra les approfondissements et les témoignages sur le Moyen Orient qui ont eu une large visibilité lors de la dernière édition. Le programme prévoit en effet la présence du médecin palestinien musulman Izzeldin Abuelaish, 57 ans, originaire de la Bande de Gaza.

En janvier 2009, la vie du docteur Abuelaish a été bouleversée par la mort de trois de ses filles et d’une de ses petites-filles, alors que trois autres membres de sa famille (frère, fille, un de ses petits-enfants) ont été blessés  sous les coups des chars armés israéliens.

Malgré son malheur, Izzeldin, qui a reçu le Prix pour la paix de la Région lombarde, a continué  à se battre pour la paix entre les deux peuples, soutenu notamment par de nombreux amis Israéliens. Son expérience de vie est résumée dans l’autobiographie Je ne haïrai point (PIEMME, 2011).

Le Meeting de Rimini prévoit pour les jeunes  une autre exposition  intitulée L'imprévisible instant. Jeunes pour la croissance, réalisée par la Fondation pour la Subsidiarité, en collaboration avec le journal télévisé de la RAI (TG 1) et un groupe d’étudiants universitaires. Le thème de la formation, scolaire et professionnelle, sera illustré par des expériences qui ont su mettre en valeur la créativité, ces « imprévisibles instants » qui deviennent moteur de développement et d’équilibre social, surtout en période de crise.

Il ne manquera pas non d’espace pour le Bicentenaire de l’indépendance des nations hispano-américaines, avec l’exposition Libres pour être des acteurs de premier plan.

Sur le même thème, il y aura aussi Albanie, Atleta Christi. Aux racines de la liberté d’un peuple qui retracera l’histoire de ce petit pays des Balkans, 100 ans après son indépendance, en évoquant des figures héroïques comme le patriote Giorgio Castriota Scanderbeg, qui stoppa l’avancée des Ottomans, Mère Teresa de Calcutta et tant d’autres…

Trois accords et le désir de Vérité. Rock‘n’roll comme recherche de l’infini tentera en revanche de présenter la musique légère – au-delà des lieux communs. Des banalisations commerciales et des mauvaises interprétations de la culture environnante – en partant du désir créatif de l’artiste.

Et puis, trait d’union entre le Meeting de Rimini et celui de Tokyo, en octobre dernier,  il y aura l’exposition le Koyasan. La montagne sacrée du bouddhisme Shingon Mikkyo que don Giussani, fondateur de Communion et Libération, a tant aimé et qui parlera des relations avec le transcendant et avec l’infini des moines bouddhistes japonais du Mont Koya. Il s’agit d’un hommage du professeur Shodo Habukawa à la mémoire du P. Luigi Giussani, 25 ans après leur première rencontre et le début d’une amitié placée sous le signe d’un œcuménisme concret.

A noter qu’une autre présentation du prochain Meeting de Rimini a eu lieu le 29 avril dernier à Bois-le-Duc, aux Pays-Bas, en présence du cardinal Adrianus Simonis, plusieurs fois invité à la rencontre de Rimini, ces 20 dernières années.

De nouvelles présentations sont prévues aussi en Serbie (le 3 juin à Nis, et le 4 juin à Belgrade). La XXXIII édition sera en revanche présentée officiellement à Rome, le 6 juin prochain, à l’ambassade de l’Italie près le Saint-Siège.