Le Prof. Lejeune et Zilda Arns : Des défenseurs de la vie mis à l'honneur

L'enseignement de Jean-Paul II sur la vie, congrès au Vatican

| 1899 clics

ROME, mardi 22 novembre 2011 (ZENIT.org) – Un hommage au prof. Lejeune et au Dr Zilda Arns Neumann ainsi qu’à don Carlo Gnocchi, aux Sœurs de l’institut Palazollo, à Mme Salvin Tinsy est prévu au programme d’un congrès au Vatican sur l’enseignement de Jean-Paul II sur la vie humaine, comme à des personnalités « illustres et héroïques » du monde médical, figures de la lutte pour la vie et pour la dignité de toute personne humaine.

Le Conseil pontifical pour la pastorale de la santé consacre en effet l'édition 2011 de sa conférence annuelle à Jean-Paul II sur le thème: “La pastorale de la santé au service de la vie à la lumière du magistère du bienheureux Jean-Paul II”. Elle se tiendra au Vatican cette semaine, du 24 au 26 novembre.

Cette conférence a été présentée au Vatican ce mardi matin, 22 novembre par Mgr Zygmunt Zimowski, président du dicastère organisateur, Mgr Valentin Pozaić, S.I., évêque auxiliaire de Zagreb Zagreb (Croatie); Mgr Jean-Marie Mate Musivi Mupendawatu, secrétaire du dicastère ; le P. Augusto Chendi, M.I., sous-secrétaire ; Mgr Jacques Suaudeau, official de l’Académie pontificale pour la Vie et consulteur du dicastère organisateur (cf. Témoignage ci-dessous), et sœur Myriam Castelli, F.S.P., journaliste à « Rai International ».

Mgr Zygmunt Zimowski a expliqué que le thème a été choisi en raison de la gratitude, y compris du personnel médical, "pour le magistère riche et fécond de Karol Jozef Wojtyla sur la vie”: “Il nous a semblé juste et opportun de lui consacrer l’édition 2011 – la XXVIe - de la conférence internationale du dicastère, qu’il a lui-même fondé en 1985”.

Mgr Zimowski a ajouté qu' “au cours de ces trois jours de travail, sont prévues des contributions à caractère théologique et pastoral”, “des interventions inspirées par l’enseignement du bienheureux, sur les valeurs chrétiennes de la souffrance et son encyclique l’Evangile de la Vie”, “dans une logique interdisciplinaire”.

Une quarantaine d’intervenants - pasteurs, scientifiques, médecins, et différents chercheurs venant des quatre coins du monde -, participeront au rassemblement.

Mgr Zimowski a notamment souligné la participation de chrétiens d’autres confessions comme le Rév. P. Stavros Kofinas, du patriarcat oecuménique de Constantinople ou le Rév. Alfred Krauth de l’Eglise évangélique allemande, comme l’indique le programme officiel.

Le programme annonçait aussi la participation de sr Marie-Simon-Pierre Normand, Petite soeur des Maternités catholiques, guérie de la maladie de Parkinson par l’intercession du bienheureux Jean-Paul II. L’apostolat des Petites soeurs des Maternités catholiques auprès des familles, des mamans et des nouveaux-nés est particulièrement représentatif de l’engagement de l’Eglise en faveur de la vie (1).


Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes-Lourdes, interviendra sur le thème des sanctuaires mariaux comme lieux de la “manifestation de la sollicitude maternelle de Marie pour les malades”. La fête de Notre-Dame de Lourdes, le 11 février, a été choisie par Jean-Paul II, lorsqu'il a institué la Journée mondiale du Malade.

Le président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie le Méné, évoquera la figure du Prof. Lejeune, ami de Jean-Paul II, dont la cause de béatification est actuellement en cours.

On évoquera aussi Zilda Arns Neumann, médecin pédiatre, brésilienne et fondatrice de la « Pastoral da Criança » - la pastorale de l’Enfance - qui aide 1 900 000 enfants et femmes enceintes dans les communautés défavorisées du Brésil, et dans d'autres pays du monde. Elle est disparue tragiquement, à l'âge de 75 ans, dans le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010. Elle avait aussi fondé la « Pastorale de la personne âgée » (cf. Zenit du 5 mars 2010).

Traditionnellement, ces conférences du conseil pontifical pour le monde de la santé ont aussi une dimension interreligieuse, qui se manifestera notamment par la présence de représentants du judaïsme et de l’islam.

Interviendront également le cardinal Fiorenzo Angelini, premier président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, et le cardinal Stanislas Dziwisz, secrétaire du bienheureux Jean-Paul II pendant quelque 40 ans, aujourd’hui archevêque de Cracovie.

Mgr Zygmunt Zimowski a rappelé les paroles de Benoît XVI dans son discours de décembre 2005 à la curie romaine, en soulignant le terme « chaire », qui souligne l’enseignement à tirer de cet exemple : « Aucun Pape ne nous a laissé une quantité de textes semblable à celle qu'il nous a laissée; aucun Pape auparavant n'a pu visiter, comme lui, le monde entier et parler de manière directe aux hommes de tous les continents. Mais à la fin, il a dû supporter un chemin de souffrance et de silence. (…) Le Saint-Père, à travers ses paroles et ses œuvres, nous a donné de grandes choses; mais la leçon qu'il nous a donnée de la chaire de la souffrance et du silence est tout aussi importante. »

Pour sa part, le P. Augusto Chendi, a rappelé l’actuelle révision de la « Charte des agents de santé », datant de 1994, et fondée sur l’enseignement de l’Eglise sur la valeur de la vie de tout être humain, de sa conception à sa mort naturelle. Elle doit être enrichie de l’enseignement de Benoît XVI et prendre en compte les nouvelles avancées de la médecine. Mgr Zomowski annonce la nouvelle mouture pour 2012.

Les quelque 700 participants – de 70 pays, des 5 continents, dont 42 évêques - seront reçus par Benoît XVI, samedi matin.

Cette conférence internationale est précédée par une rencontre des évêques chargés de la pastorale du monde de la santé, demain le 23 novembre. Mgr Tony Anatrella y parlera de l'idéologie du "gender" et de la "santé reproductive".

Le congrès sera aussi marqué par un concert organisé le 25 novembre, en la salle Paul VI du Vatican, pour les personnes malades et ceux qui les assistent, en collaboration avec la télévision italienne “RAI International”: ce sera aussi l’occasion pour qui le souhaite d’un geste en faveur de la fondation “Le Bon Samaritain, fondée par Jean-Paul II, pour venir en aide aux malades les plus pauvres, touchés par le sida, la tuberculose ou le paludisme.

Anita S. Bourdin

(1) La religieuse n'a pu venir. A la place de son temps de parole, M. Yvon Pinson, président du mouvement pour la glorification de Raoul et Madeleine Follereau, a proposé une réflexion sur "Jean-Paul II et les malades de la lèpre".