Le racisme et le nationalisme agressif: un péché contre Dieu, affirme Jean-Paul II

Le pape demande une mobilisation internationale avant la Conférence de l´ONU en Afrique du sud

| 295 clics

CASTEL GANDOLFO, dimanche 26 août 2001 (ZENIT.org) - Le racisme, le nationalisme agressif, la violence ethnique, constituent, selon Jean-Paul II, un attentat contre la famille humaine et une grave offense contre Dieu.



Le pape a profité aujourd´hui de la prière de l´Angélus pour encourager la communauté internationale à se mobiliser avant la Conférence mondiale des Nations Unies contre la discrimination raciale, qui aura lieu du 31 août au 7 septembre à Durban, en Afrique du Sud. Plusieurs milliers de fidèles s´étaient rassemblés dans la cour de la résidence d´été de Jean-Paul II, à Castel Gandolfo, près de Rome, pour cette traditionnelle rencontre dominicale avec le pape.

"Là encore, l´Eglise élèvera la voix avec force pour défendre les droits fondamentaux de l´homme, enracinés dans sa dignité d´être créé à l´image et à la ressemblance de Dieu", a déclaré Jean-Paul II.

Une menace toujours actuelle

"Au cours des dernières décennies, caractérisées par le développement de la globalisation et marquées par la réapparition préoccupante de nationalismes agressifs, de violence ethnique et même de phénomènes de discrimination raciale, la dignité humaine a souvent été sérieusement menacée", a-t-il ajouté.

"Aucune conscience droite ne peut s´abstenir de condamner résolument le racisme", a-t-il poursuivi. "Il apparaît malheureusement sous des formes toujours nouvelles et inattendues, offensant et dégradant la famille humaine. Le racisme est un péché qui constitue une grave offense contre Dieu".

La culture de l´accueil

Jean-Paul II a invité la communauté internationale à "opposer une culture d´accueil réciproque au racisme, en reconnaissant en tout homme et en toute femme un frère ou une soeur, avec qui on doit parcourir les chemins de la solidarité et de la paix".

"L´Eglise a l´intention de poursuivre son effort dans ce domaine et demande à tous les croyants d´offrir leur contribution responsable de conversion du coeur, de sensibilisation et de formation", a conclu le pape. "Pour atteindre cet objectif, on a d´abord besoin de la prière", a-t-il ajouté.

Le Saint Père a précisé que le Conseil Pontifical Justice et Paix élaborait en ce moment une nouvelle édition du document publié à sa demande en 1988, intitulé: "L´Eglise face au racisme. Pour une société plus fraternelle".