Le Rosaire, un chemin « simple et accessible à tous » vers la sainteté

Le pape récite l’Angélus à l’occasion de la fête de la Toussaint

| 1219 clics

CITE DU VATICAN, dimanche 2 novembre 2003 (ZENIT.org) – Jean-Paul II a déclaré hier samedi 1 novembre, alors que l’Eglise fêtait la Toussaint, que le chapelet avait été pour de nombreux saints un moyen de prière privilégié et que c’est un chemin « simple et accessible à tous », qui conduit à la sainteté.



La fête de la Toussaint nous invite, a précisé le pape, à tourner les yeux vers « la multitude immense de ceux qui ont déjà atteint la Patrie bienheureuse » et « nous indique le chemin qui conduit à ce but ».

« Les Saints et les Bienheureux du Paradis nous rappellent, à nous, pèlerins sur la Terre, que le soutien de chaque jour pour ne jamais perdre de vue notre destin éternel est avant tout la prière », a poursuivi le pape.

« Pour beaucoup d’entre eux, c’est le Rosaire – la prière à laquelle était consacrée l’Année qui s’est conclue hier – qui a été un moyen privilégié pour leur entretien quotidien avec le Seigneur. Le Rosaire les a conduits à une intimité de plus en plus profonde avec le Christ et la Sainte Vierge » a expliqué le Saint Père.

« Le Rosaire peut vraiment être un chemin simple et accessible à tous vers la sainteté, qui est la vocation de tout baptisé, comme le souligne la fête d’aujourd’hui » a déclaré Jean-Paul II.

« Que Marie, Reine de tous les Saints, déjà totalement immergée dans la gloire divine, nous aide à avancer résolument sur le chemin exigeant de la perfection chrétienne. Qu’elle nous fasse comprendre et apprécier de plus en plus la prière du Rosaire comme itinéraire évangélique de contemplation du mystère du Christ et d’adhésion fidèle à sa volonté », a-t-il poursuivi.

Le pape a convoqué l’Année du Rosaire (qui s’est donc terminée le 31 octobre), en octobre 2002, à l’occasion du 25ème anniversaire de son pontificat. Il a, à cette occasion également, publié la Lettre apostolique « Rosarium Virginis Mariae » avec laquelle il a proposé les nouveaux « mystères lumineux »

Jean-Paul II a conclu en rappelant que « ces jours-ci, les fidèles visitent les tombes de ceux qui leur sont chers et prient pour eux ». « Moi aussi, a-t-il précisé, je me rends spirituellement en pèlerinage dans les cimetières des différentes parties du monde où reposent les dépouilles de ceux qui nous ont précédés dans le signe de la foi. J’élève en particulier ma prière de suffrage pour ceux à qui plus personne ne pense, ainsi que pour les nombreuses victimes de la violence. Je les confie tous à la Miséricorde divine ».