Le sacerdoce, un don de Dieu caché dans des « vases d’argile »

L'éditorial du Père Federico Lombardi

| 2219 clics


ROME, Lundi 14 juin 2010 (ZENIT.org) - Les abus sexuels commis par des membres de l'Eglise ont montré que le sacerdoce est un don de Dieu caché dans « des vases d'argile ». Tel est l'enseignement de Benoît XVI, explique le père jésuite Federico Lombardi s.j., directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, dans l'éditorial du dernier numéro d'« Octava Dies », le bulletin hebdomadaire du Centre de télévision du Vatican

« La clôture de l'année sacerdotale, commente-t-il, a été une grande fête des prêtres du monde avec le pape. Les 15.000 prêtres venus à Rome représentent la multitude d'autres prêtres habités des mêmes sentiments. Une fête dans la foi et dans la prière ». 

« Le pape, poursuit-il, a été très clair en nous invitant fermement à reconnaître le sacerdoce non comme une simple ‘charge', comme un métier humain, mais comme un don de Dieu, d'un Dieu qui met sa confiance « avec audace » en des êtres humains afin qu'ils prononcent ses paroles de pardon et le rendent présent dans le monde avec son corps et son sang ».

« Des hommes, a dit le pape durant la veillée, qui sont « attirés » en lui, en la personne du Christ, vers ‘le monde de la résurrection. Témoins d'un monde qui n'est pas celui que l'on connaît aujourd'hui et avec lequel Dieu n'a rien à voir, mais plutôt celui de demain, qui transparaît dès à présent dans les paroles et dans les actes sacramentaux du prêtre ».  

« Le pape, poursuit le père Lombardi, a relevé que les scandales des abus sexuels commis par des prêtres mettent encore plus en évidence que le don de Dieu se cache dans des ‘vases d'argile', comme dit saint Paul, qu'il doit donc être reconnu comme tel et non comme une gloire humaine, et qu'il doit être accueilli avec humilité et courage, gardé avec application en demandant la protection du Seigneur afin qu'il ne soit pas bouleversé par le péché et que de tels abus ne se répètent jamais plus. Gratitude, humilité, confiance, dans une perspective de foi ».

« L'Eglise ne peut vivre sans le don du sacerdoce, conclut le porte-parole du Saint-Siège. Il faut le demander à Dieu avec intensité et insistance. L'image de l'adoration nocturne, place saint-Pierre, doit continuer à nous accompagner ».