Le Saint-Siège à l'ONU: liberté religieuse, racisme, pauvreté et émigration

Session de la commission pour les droits de l'homme

| 1525 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 27 avril 2003 (ZENIT.org) - L'Observateur permanent du Saint-Siège à Genève, Mgr Diarmuid Martin, a participé à la 59e session de la commission de l'ONU pour les droits de l'homme sur 4 thèmes: liberté religieuse, racisme, pauvreté et émigration.



La session s'est achevée par le vote pour la 7e année consécutive en faveur d'un moratoire des exécutions capitales et l'abolition de la peine de mort.

Pour ce qui est de la liberté religieuse, l'intervention de Mgr Martin a été centrée sur le dialogue interreligieux pour souligner que les religions aussi, les chefs religieux, peuvent contribuer à l'installation d'un climat de respect mutuel, de dialogue, et de tolérance, en ne permettant pas à des groupuscules de créer des tensions entre les différentes religions.

Pour ce qui est du racisme, Mgr Martin a souligné la dignité de toute personne, parce que toutes ont été créées à l'image de Dieu, et qu'il existe de ce fait une égalité fondamentale entre tous les êtres humains.

Le problème de la pauvreté, à l'époque de la globalisation, représente, soulignait le représentant du Saint-Siège, un des grands défis d'aujourd'hui. qui n'a pas encore été affronté de façon adéquate.

Lié à la pauvreté, il y a le phénomène des migrations. L'histoire de l'humanité, observait Mgr Martin est marquée par le mouvement, la rencontre entre les peuples. Le problème actuel est représenté, disait-il en substance, par le fait qu'au moment où il y a beaucoup plus de communication, il y a aussi de nouvelles barrières aux flux migratoires.

Mgr Martin disait également sa satisfaction d'avoir noté au cours de la session, l'augmentation du nombre des organisations catholiques présentes. Ce qui indique, disait-il, à l'intérieur de l'Eglise, un intérêt renouvelé et le désir d'apporter une contribution au travail de la commission, très importante pour l'avenir des droits humains.

Il a été en particulier question du "tour de vis" donné par Fidel Castro au régime cubain et la résolution adoptée pour demander au gouvernement de l'île d'accepter la venue d'un représentant du secrétaire général Kofi Annan pour examiner la situation des droits de l'homme dans l'île. Kofi Annan a souhaité que tout pays prévoie un système de protection des droits de l'homme et manifeste sa disponibilité à accepter des inspecteurs internationaux.

Pour sa part, le Saint-Siège a également adressé un message au gouvernement cubain. Il a été publié samedi 26 avril par la salle de presse du Saint-Siège.