Le Saint-Siège adhère aux traités internationaux sur l’ozone

L’Observateur permanent auprès des Nations unies dépose l’Instrument de ratification

| 1517 clics

ROME, Jeudi 8 mai 2008 (ZENIT.org) - Le Saint-Siège a adhéré aux traités juridiques internationaux qui tentent de protéger la couche d'ozone.

Il s'agit de la Convention de Vienne sur la Protection de la couche d'ozone et du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, tout comme de ses quatre amendements : Londres (1990), Copenhague (1992), Montréal (1997) et Pékin (1999).

A travers ce geste, le Saint-Siège souhaite encourager toute la communauté internationale à promouvoir avec force une coopération authentique entre politique, science et économie.

L'Instrument de ratification a été déposé lundi 5 mai, par Mgr Celestino Migliore, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unies à New York.

Selon une note de la Mission du Saint-Siège auprès des Nations unies, envoyée à ZENIT, cette coopération, comme cela a été démontré dans le cas de la couche d'ozone, « peut atteindre des résultats importants, en vue de la sauvegarde de la création, de la promotion du développement intégral de l'homme et de la protection du bien commun, dans un esprit de responsabilité solidaire et avec de profondes répercussions positives pour les générations présentes et à venir ».

Conformément à sa nature et au caractère particulier de l'Etat de la Cité du Vatican, le Saint-Siège souhaite donner à travers l'acte solennel de ratification, « son soutien moral à l'engagement des Etats en vue d'une implantation correcte et concrète des Traités en question et la réalisation de ses objectifs ».

A cette fin, conclut le texte, « le Saint-Siège exprime le souhait que, reconnaissant les signes d'une croissance économique qui n'a pas toujours été capable de défendre les délicats équilibres naturels, tous les acteurs intensifient la coopération et renforcent l'alliance entre l'homme et l'environnement, qui doit refléter l'amour créatif de Dieu, dont nous venons et auquel nous sommes liés ».