Le Saint-Siège demande l’annulation de la dette d’Haïti

Déclaration du Vatican à la conférence pour la reconstruction du pays

| 2570 clics

ROME, Vendredi 2 avril 2010 (ZENIT.org) - Le Saint-Siège demande l'annulation de la dette d'Haïti, pays dévasté par le tremblement de terre du 12 janvier dernier, qui a fait plus de 200 000 victimes.

A l'occasion de la Conférence internationale pour la reconstruction d'Haïti qui s'est déroulée mercredi 31 mars à New York, la délégation du Vatican a présenté une déclaration dans laquelle elle rappelle que l'Eglise et le Saint-Siège « se sont unis immédiatement à l'extraordinaire réponse d'urgence au tremblement de terre, aidant à la reconstruction auprès des survivants ».

« Grâce aux agences, associations et particuliers, le Saint-Siège a fourni des vivres, des vêtements et des abris ».

Le Saint-Siège, rappelle la déclaration, « continuera à demander des contributions pour les programmes officiels et privés de reconstruction du pays, ainsi que pour la juste insertion du pays dans le système économique mondial ».

En ce sens, le Saint-Siège « est profondément satisfait d'apprendre l'annulation de la dette d'Haïti à la Banque pour le développement interaméricain et du moratoire ou du renvoi du paiement de ses dettes à la Banque Mondiale et au Fonds Monétaire International ».

A ce sujet, « le Saint-Siège rappelle sa demande de la pleine annulation » de la dette, « le plus tôt possible ».

Assistance en Haïti : les chiffres

Le mois qui a suivi le tremblement de terre, Caritas Internationalis, la principale agence caritative de l'Eglise catholique, « a recueilli 200 millions de dollars des catholiques de 40 pays et a nourri 50.000 personnes, fournissant par ailleurs un kit de première urgence à 43.000 personnes et une assistance médicale à plus de 15.000 personnes ».

« Beaucoup d'agences catholiques internationales indépendantes, comme l'Aide à l'Eglise en Détresse, ainsi que beaucoup de congrégations religieuses ont envoyé des dons allant de 100.000 à 2 millions de dollars ».

110 diocèses américains ont aussi envoyé près de 30 millions de dollars à un Fonds spécial pour Haïti, alors que le Catholic Relief Services a recueilli plus de 90 millions de dollars pour les aides.

Suite aux appels de Benoît XVI, rappelle la délégation, les catholiques des pays riches et des pays en voie de développement ont offert des « dons volontaires, individuels et collectifs, à la Croix Rouge nationale et internationale et aux gouvernements, contribuant ainsi de manière substantielle à atteindre 3 milliards déjà recueillis ou promis au Bureau pour la coordination des questions humanitaires (OCHA) ».

De la même manière, « de nombreuses institutions et des milliers de fonctionnaires et de volontaires sur place ont aidé à la distribution des aides des Nations Unies et des dons des gouvernements et organisations internationales qui n'ont pas de structures ou de présence permanente en Haïti ».

L'avenir

Le réseau d'assistance catholique, a rappelé la délégation vaticane, « est engagé dans des projets de reconstruction pour les cinq prochaines années en Haïti, qui fournira des habitats, une assistance médicale, des moyens de subsistance et d'instruction ».

La contribution des organisations confessionnelles et des ONG locales a été « significative » et continuera « longtemps après que de nombreuses organisations et ONG internationales auront quitté le pays ».

Ces organisations, souligne la délégation du Saint-Siège, « peuvent avoir un rôle fondamental pour aider la population à tenir compte de ces conditions et à en respecter les coutumes et les traditions ».

C'est pourquoi, a conclu la délégation, « il est important que les organisations confessionnelles et les ONG locales ne soient pas oubliées dans la préparation d'un plan à long terme pour reconstruire la vie du pays ».