Le Saint-Siège encourage à mettre fin à la prolifération nucléaire

Intervention de Mgr Celestino Migliore

| 1571 clics

ROME, Lundi 10 mai 2010 (ZENIT.org) - « Le danger de la prolifération » nucléaire s'est intensifié, a déploré Mgr Celestino Migliore en invitant la communauté internationale à chercher de « nouveaux moyens pour le désarmement nucléaire ».

Lors de son intervention aux Nations Unies, le 6 mai dernier, à l'occasion de la Conférence d'examen 2010 du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), l'Observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies a tout d'abord lu le message du pape adressé à la conférence.

« La paix repose sur la confiance et sur le respect des obligations prises et pas seulement sur l'équilibre des forces », affirme ainsi Benoît XVI qui encourage « les initiatives qui poursuivent un désarmement progressif et la création de zones libres d'armes nucléaires dans la perspective de leur élimination complète de la planète ».

Dans son intervention, Mgr Migliore a rappelé que le sujet des armes nucléaires est un thème central de l'agenda sur le désarmement. « Ces armes continuent à exister en très grande quantité et certaines d'entre elles sont opérationnellement prêtes », a-t-il observé. « Le danger de la prolifération s'est intensifié ». « La menace du terrorisme nucléaire est devenue réelle ».

Dans ce contexte, le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) demeure « un instrument multilatéral valable et indispensable », a ajouté le haut prélat qui a souhaité que les efforts « pour mettre fin à la prolifération nucléaire » soient soutenus « par une forte autorité morale » qui « dérive avant tout du respect et du maintien des promesses et des engagements ».

« Les doctrines militaires qui continuent à se baser sur les armes nucléaires comme des instruments de sécurité et de défense ou même comme des mesures de pouvoir, ralentissent de facto le désarmement nucléaire et les processus de non-prolifération », a fait observé le haut prélat.

« Le Saint-Siège soutient avec vigueur un désarmement nucléaire transparent, contrôlable, global et irréversible, ainsi que l'examen sérieux des questions concernant les armes nucléaires stratégiques, tactiques et leurs instruments d'utilisation », a-t-il ajouté.

Mgr Migliore a aussi jugé « crucial » de cesser « la production et le transfert de matériel fissile pour les armes ». « Les zones libres d'armes nucléaires sont le meilleur exemple de confiance et d'affirmation que la paix et la sécurité sont possibles sans posséder d'armes nucléaires », a-t-il ajouté.

Il a enfin invité la communauté internationale à chercher « de nouveaux moyens pour le désarmement nucléaire ». « Aucune force sur la terre ne sera en mesure de protéger les populations civiles de l'explosion de bombes nucléaires qui pourraient causer des millions de morts immédiates », a-t-il estimé. « Le désarmement nucléaire et la non-prolifération sont aussi essentiels d'un point de vue humanitaire ».

Marine Soreau