Le Saint-Siège et le Chili confirment leurs bonnes relations

Mgr Mamberti en visite officielle à Santiago

| 767 clics

ROME, mercredi 14 décembre 2011 (ZENIT.org) – Entre le Saint-Siège et le Chili les relations diplomatiques sont « excellentes », indique un communiqué du Vatican.

A l'invitation du gouvernement chilien, Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les Relations avec les Etats, a rencontré lundi 12 décembre, à Santiago, M. Alfredo Moreno Charme, ministre des Affaires étrangères. Puis il a été reçu par le président Sebastián Piñera, au Palais de la Moneda.

Le Saint-Siège précise que ces entretiens ont permis aux deux parties de souligner « l'excellence de leurs relations » et de se féliciter « du rôle positif que jouent les institutions catholiques dans la société chilienne, en particulier dans le domaine social et éducatif et pour l'intégration des populations de souche ».

Ces entretiens , ajoute le communiqué, ont également permis de revenir sur des questions abordées en mars dernier, à l’occasion de la visite officielle du président Piñera au Vatican, notamment sur « la défense de la vie à tous ses stades, et la défense de la famille, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, dont la liberté religieuse et la liberté d’éducation, l’adhésion aux principes du droit international, la protection de l’environnement, l’aide au développement intégral et à la paix sociale ».

Sur toutes ces questions touchant aux valeurs fondamentales, le Chili et le Saint-Siège, souligne la même source, ont pu constater « une bonne convergence de vues ».

Enfin, le Saint-Siège fait état de discussions entre Mgr Mamberti et les autorités chiliennes sur plusieurs questions internationales et sur la situation de l'Amérique latine.

Mardi 13 décembre, le secrétaire pour les Relations avec les Etats s’est rendu au siège du Parlement chilien à Valparaiso, pour y rencontrer les membres des deux chambres.

Mgr Mamberti devait aussi se rendre aux sanctuaires consacrés au saint jésuite Albert Hurtado (1901–1952), et à la jeune sainte carmélite Thérèse des Andes (1900-1920).

I. C.