Le Saint-Siège plaide pour la liberté de l’information

| 1353 clics

ROME, Mardi 18 octobre 2005 (ZENIT.org) – La liberté de communication est nécessaire à la démocratie et à toute institution: c’est un « droit de tous » qui ne « devrait pas dépendre de la richesse, de l’éducation ou du pouvoir politique », a affirmé l’Observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU, à New York, Mgr Celestino Migliore.



Mgr Migliore est en effet intervenu le 13 octobre au cours de la 4e commission de la 60e session de l’assemblée générale de l’ONU sur le point 33 : « Questions en rapport avec l’information ».

« La liberté d’expression et le droit à l’information, disait-il, grandissent et se développent dans les sociétés où les principes éthiques fondamentaux de la communication ne sont pas compromis, comme la prééminence de la vérité, et le bien de l’individu, le respect de la dignité humaine, et la promotion du bien commun ».

Il faisait observer que les nouvelles technologies peuvent en outre jouer un rôle important à l’avantage des plus pauvres, mais ceux-ci doivent aussi participer, être capables de promouvoir leur point de vue dans les décisions qui les concernent.

Le Saint-Siège recommande en particulier la nécessité de protéger les plus vulnérables, comme les enfants, les jeunes, de l’augmentation des contenus exaltant la violence, l’intolérance et la pornographie.

Mgr Migliore faisait remarquer que « la question essentielle peut-être posée par le progrès technologique est celle de son résultat, à savoir si avec lui les personnes croissent en dignité, responsabilité, et tolérance, envers les autres ».

Il est par conséquent nécessaire de développer « la capacité de discerner l’information reçue, étant donné la masse énorme d’informations disponibles ».

Et ce processus suppose, concluait-il, qu’il « existe une hiérarchie de valeurs reconnue ».