Le sang versé dans le monde et le sang versé par Jésus

Editorial du P. Lombardi sur « Octava Dies »

| 1724 clics

ROME, Lundi 4 avril 2011 (ZENIT.org) - Le sang que Jésus a versé n'est pas du sang versé contre quelqu'un, mais du sang versé pour tous, et celui qui coule en cette période, dans tant de lieux du monde, le rappelle continuellement, souligne le père Federico Lombardi, S.J., directeur de la salle de presse du Saint-Siège, dans son dernier éditorial d'«  Octava Dies », le bulletin hebdomadaire du Centre de télévision du Vatican (CTV).

Dans son article, le père Lombardi fait référence à un passage du récent livre de Benoît XVI « Jésus de Nazareth, Tome II : De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection » où il est dit que tout le monde a besoin « de la force purificatrice de l'amour » et que « cette force est son sang. Non une malédiction, mais le salut »..



« Cette affirmation du dernier livre du pape sur Jésus, souligne le père Lombardi, est une de celles qui ont attiré le plus l'attention et ont rencontré un large consensus, car elle élimine à la racine les interprétations d'un passage de l'Évangile qui sonnaient comme une condamnation du peuple juif ».

« Aujourd'hui, ces paroles reviennent à nos esprits, en voyant encore une fois tant de sang versé, en Côte d'Ivoire, en Libye, mais également dans de si nombreux lieux du monde », relève-t-il, « à cause de guerres civiles ou de conflits intérieurs », dans des pays qui, « au lieu de chercher à grandir comme une communauté humaine et civile, creusent des gouffres de haine non seulement pour aujourd'hui, mais également pour l'avenir ».

Dieu, rappelle-t-il, est « proche, présent, et participe à la souffrance que provoque cette violence homicide dont seul un ennemi de l'humanité peut se réjouir ». Il continue à « tous nous aimer et à désirer le salut de tous, de toutes les parties, payant le prix de la fatigue et de la crédibilité de cet amour ».

« Que le chemin vers la croix et la résurrection soutienne l'engagement difficile de tous les artisans de paix », conclut-il.