Le témoignage par "la qualité de l’accueil et de la fraternité dans l’Église"

Extraits du discours de Jean-Paul II

| 975 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 30 janvier 2004 (ZENIT.org) – Voici quelques paragraphes du discours de Jean-Paul II sur la vocation des laïcs, en particulier sur : la générosité de l’engagement des laïcs, les fruits du Grand Jubilé de l’Incarnation ("repartir du Christ"), la communion avec l’évêque diocésain, la qualité de l’accueil et de la fraternité dans l’Église, l’approfondissement permanent de la formation spirituelle et théologique pour l’accomplissement de leur mission dans le monde d’aujourd’hui.



La générosité de l’engagement des laïcs
"Beaucoup de laïcs servent généreusement l’Église, même si leur nombre diminue régulièrement: Les communautés chrétiennes vieillissent progressivement; les générations dont l’âge s’échelonne entre 25 et 45 ans sont peu présentes dans les communautés; la difficulté d’assurer la relève des chrétiens exerçant une responsabilité dans l’Église est déjà bien réelle. Vous notez cependant des signes d’espérance. Parmi eux, l’exigence de laïcs qui souhaitent acquérir une solide formation philosophique, théologique, spirituelle ou pastorale, pour un meilleur service de l’Église et du monde; la recherche d’une plus grande cohérence entre la foi et son expression dans la vie quotidienne; le souci d’un témoignage chrétien enraciné dans une vie spirituelle authentique; le goût recouvré pour l’étude de l’Écriture et pour la méditation de la Parole; le sens croissant de la responsabilité et de l’engagement pour la justice et pour les œuvres de solidarité, face aux nouvelles situations de précarité. J’invite tous les pasteurs à prendre appui sur ces désirs du peuple de Dieu pour entreprendre de nouvelles initiatives, même si ces dernières ne touchent au départ qu’un petit nombre de personnes, avec la certitude que les fidèles qui auront redécouvert le Christ proposeront de manière crédible l’Évangile aux hommes de notre temps, les invitant à venir les rejoindre, comme le fit l’Apôtre Philippe à Nathanaël: «Viens, et tu verras» (Jn 1, 46)".

Repartir du Christ
"Vous évoquez les fruits que le Grand Jubilé de l’Incarnation a portés dans les diocèses et dans les communautés paroissiales, appelant les chrétiens à puiser à la grâce de leur Baptême, point de départ de la mission propre à tout fidèle. Il s’agit de «"repartir du Christ" avec l’élan de la Pentecôte, avec un enthousiasme renouvelé. Repartir avec lui avant tout par les efforts quotidiens de sainteté, en nous mettant dans une attitude de prière et à l’écoute de sa parole. Repartir de lui aussi pour témoigner de son Amour, à travers une pratique de la vie chrétienne marquée par la communion, par la charité, par le témoignage au monde» (Homélie du 6 janvier 2001, n. 8). Il vous appartient de toujours mettre davantage en œuvre ce programme, pour que la communauté chrétienne puisse avancer au large, en acceptant de se laisser évangéliser et de s’interroger sur la qualité et sur la lisibilité de son témoignage".

Communion avec l’Évêque diocésain
"La perspective de l’ecclésiologie de communion, qui vise à édifier l’Église comme maison et école de la communion, a orienté, pour une part, vos projets pastoraux… Ayez soin de veiller à ce qu’une féconde interaction relie leurs engagements de laïcs, au sein des communautés chrétiennes, à la dimension prophétique de leur témoignage dans le monde, rappelant qu’il est important «d’évangéliser les cultures, de faire pénétrer la force de l’Évangile dans les réalités de la famille, du travail, des médias, du sport, du temps libre, et d’animer chrétiennement l’ordre social et la vie publique, nationale et internationale» (Exhortation apostolique post-synodale Pastores gregis, n. 51). Pour que ce témoignage soit fructueux, il importe qu’il soit soutenu spirituellement, dans les paroisses et dans les associations de fidèles. Que tous cependant, dans la légitime diversité des sensibilités ecclésiales, aient le souci permanent de participer pleinement à la vie diocésaine et paroissiale, et de vivre en communion avec l’Évêque diocésain".

La qualité de l’accueil et de la fraternité dans l’Église
"Avec vous, je rends grâce pour les jeunes et les adultes qui découvrent ou redécouvrent le Christ et qui frappent à la porte de l’Église parce qu’ils se sont posé la question de la foi et du sens de leur existence ou qu’ils ont rencontré des témoins. Ayez un grand souci de leur accompagnement et de leur cheminement, et d’une sensibilisation toujours plus grande des communautés chrétiennes à l’accueil fraternel des catéchumènes ou de ceux qui recommencent à croire, ainsi qu’à leur soutien après la réception du Baptême. Ils sont pour l’Église, dont ils ont à assimiler les traditions, l’expérience et les pratiques, une invitation stimulante. À travers vous, je remercie les équipes du catéchuménat, pour le service important qu’elles remplissent. Ce dynamisme catéchuménal, ainsi que les requêtes présentées par des personnes à l’occasion d’une grande étape de leur vie familiale – baptême, mariage, obsèques –, appellent les communautés chrétiennes à développer une pastorale de l’initiation chrétienne adaptée. La qualité de l’accueil et de la fraternité dans l’Église est puissance d’évangélisation pour les hommes d’aujourd’hui".

Formation spirituelle et théologique
"Dans vos rapports quinquennaux, apparaît votre souci de proposer aux laïcs des moyens de formation spirituelle et théologique sans cesse approfondie, notamment par la création de centres de formation théologique, dans plusieurs diocèses ou à un niveau régional. Ces lieux leur permettent d’approfondir leur foi et de se former pastoralement pour assumer une responsabilité dans l’Église. De même, cette formation doit conduire les fidèles à une pratique sacramentelle et une vie de prière plus intenses… Il convient de former en permanence des philosophes et des théologiens, qui puissent donner aux chrétiens les bases intellectuelles dont ils ont besoin pour leur foi et pour leur mission spécifique de laïcs engagés dans le monde".