Le thème revenu le plus fréquemment au consistoire: la sainteté

Le climat du consistoire par le card. Tonini

| 323 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 23 mai 2001 (ZENIT.org) - Le cardinal italien Ersilio Tonini, archevêque émérite de Ravenne-Cervia, a confié au micro de Radio Vatican ses impressions sur le climat des travaux des cardinaux. Il affirmait que le thème qui est revenu le plus fréquemment dans les débats est celui de la sainteté. Quant au plus grand défi de cette époque, il tient dans cette question: "Va-t-on arriver à vivre ensemble, à vivre ensemble humainement?"



"C´est un peu comme si l´Eglise levait son voile et faisait voir son véritable visage: une communauté qui révèle fatigues, espérances, courage, audace. Et tout cela en partant de Jésus-Christ. Le thème qui est revenu le plus fréquemment est celui de la sainteté c´est-à-dire que l´on est retourné à la grotte de Bethléem, au Cénacle, à la Croix et à la Résurrection du Christ Seigneur, à la force des sacrements. Le Christ vivant au milieu de nous par son Esprit nous anime et nous aide à porter notre regard sur ce qui va arriver, afin que cette génération sache qu´elle est en train de vivre le moment le plus extraordinaire de l´histoire du monde, parce que maintenant on recommence da capo, pour de bon. Le grand problème, par exemple, le plus grand défi est le suivant: va-t-on arriver à vivre ensemble, à vivre ensemble humainement?"

Un autre thème est revenu, celui de l´œcuménisme, ajoutait le cardinal: "une Eglise qui va à la recherche de l´unité". Plus encore, une Eglise grâce à laquelle "les hommes sentent que chez les chrétiens il y a l´amour de Dieu", parce que l´Eglise, continuait le cardinal Tonini ne regarde pas les choses comme le monde, mais "à partir de sa source".

En ce sens, les cardinaux, en particulier le cardinal Lustiger dans son exposé d´ouverture, ont parlé d´une Eglise "pauvre". "Pauvre, commente le cardinal Tonini parce que pleine de Dieu, parce qu´elle a des biens plus grands".

Ce qui a le plus frappé le cardinal Tonini c´est cette rencontre de l´Eglise "tout entière". Il explique: "Lorsque j´ai entendu le cardinal de Djakarta [card. Julius Riyadi Darmaatmadja, ndlr] parler du monde de l´Indonésie, du martyre, des massacres auxquels les catholiques sont exposés, lorsque nous avons entendu les évêques parler du monde des jeunes, nous devons reconnaître que c´est une Eglise qui vibre, et qu´il est beau de lui appartenir".