Le Vatican attend des éclaircissements de la part d'Ecône

Rencontre du card. Levada et de Mgr Fellay au Vatican

| 1768 clics

Anita Bourdin

ROME, vendredi 16 mars 2012 (ZENIT.org) –  Le Saint-Siège tient à « éviter une rupture ecclésiale aux conséquences douloureuses et incalculables », avec la Fraternité sacerdotale S. Pie X.

La Congrégation pour la doctrine de la foi publie en effet un communiqué dans ce sens « au terme de la rencontre » du cardinal Levada et Mgr Fellay au Vatican de ce 16 mars, et « dans le souci d’éviter une rupture ecclésiale aux conséquences douloureuses et incalculables ».

Rome invite en effet le Supérieur général de la Fraternité sacerdotale saint Pie X, Mgr Bernard Fellay, « à bien vouloir clarifier sa position, afin de parvenir à la réduction de la fracture existante, comme l’a souhaité le Pape Benoît XVI. »

Le communiqué rappelle la genèse de cette rencontre et redit la volonté de « réconciliation » du Vatican: « Au cours de la rencontre du 14 septembre 2011 entre Son Éminence le Cardinal William Levada, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et Président de la Commission pontificale Ecclesia Dei, et Son Excellence Monseigneur Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité sacerdotale saint Pie X, un Préambule doctrinal, accompagné d’une Note préliminaire, a été communiqué à ce dernier, comme base fondamentale pour parvenir à la pleine réconciliation avec le Siège Apostolique. Dans ce Préambule étaient énoncés certains principes doctrinaux et critères d’interprétation de la doctrine catholique, nécessaires pour garantir la fidélité au Magistère de l’Église et le sentire cum Ecclesia » (cf. Zenit du 14 septembre 2011).

La Fraternité a répondu en janvier dernier et le pape suit l’affaire personnellement: « La réponse de la Fraternité sacerdotale saint Pie X à ce Préambule doctrinal, parvenue en janvier 2012, a été soumise à l’examen de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, puis au jugement du Saint-Père » (cf. Zenit du 21 janvier 2011).

Le résultat n’a pas satisfait Rome: « Conformément à la décision du Pape Benoît XVI, l’évaluation de la réponse de S.E. Mgr Fellay lui a été communiquée par lettre remise en ce jour. Cette évaluation fait remarquer que la position qu’il a exprimée n’est pas suffisante pour surmonter les problèmes doctrinaux qui sont à la base de la fracture entre le Saint-Siège et la dite Fraternité. »

Rome espère donc toujours arriver à un accord doctrinal et la Congrégation laisse à Mgr Fellay un délai sans limite – un mois ? - pour clarifier sa position.