Le voyage du pape en Terre Sainte: un ministère de paix et de dialogue

Visite d'un groupe interreligieux argentin au terme de son pèlerinage

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 440 clics

Un “important groupe interreligieux argentin de retour de Terre Sainte”, présente au pape ses "meilleurs vœux pour son ministère de paix et de dialogue et pour son prochain pèlerinage en Terre Sainte".

Le pape François se rendra en Terre-Sainte du 24 au 26 mai 2014. Il a reçu en audience ce jeudi 27 février après-midi à la Maison Sainte-Marthe du Vatican un groupe interreligieux argentin de 45 personnes – 15 juifs, 15 musulmans et 15 catholiques -, revenant de Terre-Sainte, indique le P. Federico Lombardi, sj, directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

« Ce pèlerinage de quelques jours a, dans un certain sens, parcouru [l'itinéraire] de celui du Saint-Père, en touchant les trois pays dans lesquels il se rendra – Jordanie, Israël, Palestine -, rencontrant les plus hautes personnalités politiques et religieuses et visitant les lieux saints des trois religions », commente le P. Lombardi.

C'est la première fois que le nom de Palestine apparaît ainsi dans un communiqué.

Il précise : « De nombreux membres du groupe, dont font partie des rabbins, des imams et des prêtres, connaissaient déjà et avaient, en Argentine des relations avec le cardinal Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, et ils avaient développé avec lui des initiatives communes, souvent à caractère social ou caritatif en faveur de personnes ou de groupes sociaux en situations difficiles, ou [des initiatives] de dialogue interreligieux. »

« Parmi les motifs de leur participation à cette initiative commune, il y a donc une amitié partagée ou une proximité spirituelle avec le pape, ce qui fait qu’ils ont voulu que la conclusion de leur pèlerinage se fasse à Rome, par une rencontre avec le Saint-Père, et pour lui présenter leurs meilleurs vœux pour son ministère de paix et de dialogue et pour son prochain pèlerinage en Terre Sainte », ajoute le P. Lombardi.

La rencontre marqué par une « très grand cordialité » a duré une heure environ. Le cardinal suisse Kurt Koch, président de la Commission pour les rapports religieux avec le judaïsme et le cardinal e Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux ont également participé à la rencontre, précise le communiqué.

Ce pèlerinage en Terre Sainte a été préparé pendant des années, indique le site Internet de la Communauté de Don Orione, par le P. Guillermo Marcó, par le rabbin Daniel Goldman et, côté musulman, par Omar Abboud, fondateurs de l'Institut pour le Dialogue interreligieux, né à l'initiative du cardinal Jorge Mario Bergoglio "comme un espace de dialogue théologique et de recherche d'objectifs communs".

Pour le P. Guillermo Marcó, l'objectif de ce pèlerinage était de "transmettre au monde ce message que la coexistence et de la paix sont possibles au-delà des différences".

Les pèlerins ont visité les lieux saints des trois religions, en rapport notamment avec la foi d'Abraham, mais ils ont aussi rencontré le président israélien Shimon Peres, le président palestinien Mahmoud Abbas, et des collaborateurs du roi Abdallah II de Jordanie. Ils ont aussi perçu leur pèlerinage était comme une "anticipation" du voyage du pape.