Le vrai ennemi de l'Eglise: le péché de ses membres

Allocution de Benoît XVI Place d'Espagne (2)

| 1932 clics

ROME, jeudi 8 décembre 2011 (ZENIT.org) – « La seule embûche que l’Eglise puisse et doive craindre, c’est le péché de ses membres », déclare Benoît XVI qui évoque la figure du "dragon" de l'Apocalypse, invite à la confiance et à avoir recours à Marie, surtout dans la situation mondiale actuelle.

Le pape, qui s’est rendu place d’Espagne, à 16 h 30, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, jour férié en Italie, a en effet commenté la vision de saint Jean dans l’Apocalypse : la femme revêtue de soleil, la lune sous ses pieds, et couronnée de douze étoiles, mais enceinte et poursuivie par un dragon. Le pape y voit une figure de la Vierge Marie mais aussi une figure de l’Eglise.

La figure du dragon représente les oppositions parfois féroces que l’Eglise rencontre, mais elle souffre la persécution parce qu’elle porte en elle le Christ, explique le pape.

Grâce à la victoire du Christ ressuscité, qui la nourrit « de sa Parole » de « l’eucharistie », « à chaque tribulation, à travers toutes les épreuves qu’elle rencontre au cours des temps et dans les différentes parties du monde, l’Eglise souffre la persécution, mais se révèle victorieuse. »

« Et c’est justement ainsi que la communauté chrétienne est la présence, la garantie de l’amour de Dieu contre toutes les idéologies de la haine et de l’égoïsme », souligne le pape.

Il ajoute que les pièges les plus redoutables sont ceux du péché en son sein: « La seule embûche que l’Eglise puisse et doive craindre, c’est le péché de ses membres ».

Et d’expliquer : « Alors que Marie est Immaculée, libre de toute tache du péché, l’Eglise est sainte mais en même temps marquée par nos péchés ».

L’Eglise a donc besoin du secours de la Vierge Marie : « C’est pourquoi le Peuple de Dieu qui avance dans le temps s’adresse à sa Mère céleste et lui demande son aide ; elle la demande pour que Celle-ci accompagne son chemin de foi, pour qu’Elle encourage l’engagement de la vie chrétienne et pour qu’Elle apporte son soutien à l’espérance ».

Benoît XVI a fait allusion à la situation économique, financière, sociale et politique actuelle : « Nous en avons besoin, surtout en ce moment si difficile pour l’Italie, pour l’Europe, pour différentes parties du monde. Que Marie nous aide à voir qu’il y a la lumière au-delà du manteau de brouillard qui semble envelopper la réalité. »

ASB